Suivez nous

bible ouvertefr

➽ Notre plateforme de messages audio/vidéo

➽ échanges, questions réponses ,  recherches

 

 

 

 

John Cooper, leader du groupe de rock chrétien Skillet, a réagi aux nouvelles d’apostasies récentes parmi les jeunes leaders chrétiens.

 

 

 

 

 

Sur Facebook dans un post intitulé « What in God’s Name is Happening in Christianity ? » publié le 13 août. Cooper a directement abordé les raisons données par Marty Sampson (leader Hillsong) qui a annoncé avoir renoncé à sa foi chrétienne, avant de souligner la nécessité pour les chrétiens de rester ancrés dans une foi fondée sur la vérité plutôt que sur une foi basée sur les émotions. Voici le texte de l’article :

« Ok je vais le dire, parce que ce serait grave de ne pas le faire. Que se passe-t-il dans le christianisme ? De plus en plus de leaders ou d’influenceurs qui étaient autrefois des « icônes » de la foi apostasient (abandonnent la foi). Et en même temps ils s’arrangent pour faire beaucoup de bruit autour de ça. Étonnamment, on dirait qu’ils veulent rester des influenceurs en annonçant qu’ils quittent la foi (mais dans quel but ???).

Ma réflexion pour l’Église (nous tous les chrétiens) c’est que nous devons absolument arrêter de considérer les leaders de louange (et autres personnalités à la mode) comme les personnes les plus influentes de la chrétienté (et oui, ça inclut des gens comme moi !). Je le dis depuis 20 ans (ce qui a dû passer probablement pour un jugement à quelques-uns de mes pairs) : Nous sommes tous en danger lorsque l’église fait de nos chanteurs âgés de 20 ans des repères spirituels.

Notre culture d’église actuelle enseigne Dieu davantage par des chants de louange modernes qu’au travers des enseignements de la Parole. Je n’insulte aucun de mes amis conducteurs de louange en disant que les groupes de louange sont surtout excellents pour communiquer leurs émotions et leurs sentiments (beaucoup seront d’accord avec moi). Nous avons créé un moment et un moyen permettant à Dieu de nous parler.

 

N.D.L.R.

La musique touche l'âme, les émotions. Elle peut créer un monde d'illusions.

Savez-vous que les perfections du son et la qualité musicale aujourd'hui sont fausses, parce que c'est le produit de la technologie avancée. La beauté du son ne correspond plus au son qui sort de la gorge du chanteur. C'est du trucage. La qualité ne correspond plus à la vérité de celui qui chante puisqu'il a l'aide, le soutien, de toute sa technologie et de toute l'électronique.


En un mot, on nous fait chanter Dieu sur des trucs qui sont des créations humaines, mais qui ne correspondent plus à la vraie beauté humaine !

 

C'est la beauté de l'électronique ! Où en sommes-nous ? La perfection du sceau et la qualité musicale rendue parfaite par l'électronique ne correspondent plus à la réalité qui sort de la gorge de ceux qui chantent. C'est une fausse perfection qui peut entraîner une onction musicale, comme il existe une onction pour l'acteur de théâtre ou de cinéma, séduisant, travaillant l'âme et les émotions mais ne touchant plus l'être intérieur dans la vérité. Parce qu'il n'y a plus de vérité profonde.

 

Beaucoup confondent les douces émotions avec la réalité profonde de la présence de Dieu qui transforme et qui rend actif et non pas consommateur. La vraie présence de Dieu nous pousse à servir et tout ce qui n'est qu'émotionnel nous pousse à consommer.

 

Quand on voit la difficulté d'avoir, à l'heure actuelle, des responsables, d'avoir du recrutement pour les colonies de vacances, pour le travail, on se rend compte qu'on a affaire à une génération qui consomme. Pour moi, la musique est devenue pour beaucoup une drogue évangélique qui a remplacé une réelle relation avec le Seigneur Lui-même.

 

David Wilkerson dit lui-même : « Nous ne voulons plus Jésus lui-même ; nous voulons que ce qu'Il peut nous donner. Nous louons un Jésus que plus personne ne prie car seule la prière prolongée nous fait pénétrer dans l'intimité du caractère de Jésus. Les chrétiens ne prient plus ! Les jeunes ne prient plus ! Les responsables ne prient plus ! Mais tous ont des cassettes musicales ! Ils ont remplacé leur temps de prière personnelle par la musique ».

 

La Bible nous dit que c'est le travail de l'âme, et que l'âme c'est le siège de nos pensées, le siège de nos émotions, le siège de notre volonté, et quand l'âme est démultipliée dans ses actions, développée, cela se fait au détriment de ce que la Bible appelle l'esprit, l'être intérieur.


Cela explique que plus les chrétiens sont émotionnels, plus les chrétiens sentent des choses, moins ils servent dans un esprit de sacrifice. Ils sont devenus incapables de se sacrifier parce qu'ils sont liés par leur âme.

 

Jésus dira que tous nous seront salés de feu. Et pourquoi Dieu permet-Il des difficultés dans votre vie comme dans la mienne ? Pour qu'il y ait une séparation entre l'âme et l'esprit. Parce que ma volonté propre que je développe ainsi en développant le travail de mon âme, va devenir à un moment donné tellement forte que je deviens incapable de renoncer à ma propre volonté. Cela explique l'absence de sacrifice répandue maintenant dans les églises. On consomme, mais on est devenu incapable de se sacrifier pour les autres.

 

Extrait du message donné par Pierre Truschel à Grenoble le 19 décembre 1997

 

N.D.L.R.

Nous devons nous poser certaines questions...

- Est-ce que cela nous rapproche de Dieu ?
- Ou est-ce que cela nous centre sur nous-mêmes ?
- Quel est le fruit véritable ? Une attraction ?
- Les gens ont été intéressés parce qu'ils se reconnaissent ? Ou parce qu'ils se sont convertis et qu'ils sont nés de nouveau ?
- C'est autre chose ! Est-ce que c'est donc une attraction ? Ou une conversion de celui qui écoute ?
- Jésus est-Il révélé par l'illumination surnaturelle des paroles ?
- Y a-t-il révélation spirituelle des paroles chantées ?
- Y a-t-il développement du fruit de l'Esprit, la paix, la joie, l'humilité, etc..? Y a-t-il développement de l'engagement pratique au renoncement à nous-mêmes et à nos aises, à nos intérêts propres pour le service de Dieu et pour notre prochain ?
- Ou est-ce que la musique est devenue une drogue pour nos « bons petits chrétiens évangéliques » ?

 

Pourquoi y a-t-il tellement de jeunes chrétiens qui ont besoin de délivrance ? A cause de la musique ! Ce n'est pas normal que les enfants de chrétiens, à un moment donné, aient besoin de délivrance. Cela devrait interpeller les parents. Quelle est la porte qui a été ouverte ? Avons-nous comme résultat une vie de foi, de louange, de prière, d'engagement pratique ? Puis-je souligner, acceptons-nous encore la pensée de nous sacrifier ? Tirons-nous du vieux et du neuf ensemble, ou sommes-nous embarqués dans un modernisme effréné, ou dans un vieillot légalisme? Y a-t-il fuite des responsabilités par une mentalité de consommateurs invétérés ? La musique est-elle pour les chrétiens un instrument ou est-ce qu'elle est devenue notre maître ?

 

L'esprit de famille, l'esprit d'unité, de respect mutuel, de loyauté est-il développé ? Est-ce que mes gestions financières sont toujours équilibrées ? Est-ce que je donne encore ma dîme selon Malachie au lieu de dépenser inutilement ? Y a-t-il chute sexuelle après un gros défoulement « évangélique musical » ? Est-ce que le don musical ne doit pas être exprimé au travers du canal de la sanctification ? Ou faut-il vivre ce que l'on voit parfois dans certains groupes que l'on côtoie – les gens nous en mettent plein la vue musicalement durant la réunion et ensuite ils fument leurs cigarettes dans les coulisses ? Est-ce que c'est cela Dieu ? On parlera des dons de grâce, mais la valeur de mon don c'est la capacité de sanctification dans laquelle je l'exprime. Pour nous, laissons les autres agir comme ils veulent, mais nous, nous voulons servir le Seigneur.

 

En conclusion, je vous propose de revenir à une spontanéité dans la crainte et dans la joie du service. Je vous propose une tenue correcte par rapport à l'impudicité, par rapport à l'immoralité, par rapport à la bienséance, avec une identité qui nous est propre; non dans la crainte ou dans la critique les uns par rapport aux autres; mais dans la liberté glorieuse des enfants de Dieu, c'est-à-dire la paix, la joie, l'engagement, l'esprit de sacrifice par le Saint-Esprit.

 

Extrait d'un message donné par Pierre Truschel à Grenoble le 19 décembre 1997

 ...

Cependant, les leaders de louange ne sont pas toujours les meilleures personnes pour transmettre de solides vérités et doctrines bibliques. Souvent, nous sommes trop jeunes, trop ignorants des Écritures, trop inexpérimentés, inconscients ou indifférents à la pureté des Écritures et à la sainteté du Dieu que nous chantons. Certains de nos chants donnent même une vision fausse du caractère de Dieu : Avez-vous déjà réfléchi au problème spirituel que ça peut poser ?

 

N.D.L.R.

Et pourtant, ne suffit t'il pas de lire la Parole et de s'y conformer ?

 

« Cette parole est certaine: Si quelqu'un aspire à la charge d'évêque, il désire une oeuvre excellente. Il faut donc que l'évêque soit irréprochable, mari d'une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l'enseignement. Il faut qu'il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; car si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Eglise de Dieu ? Il ne faut pas qu'il soit un nouveau converti, de peur qu'enflé d'orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu'il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l'opprobre et dans les pièges du diable (1 Timothée 3 v. 1) ».

Je suis abasourdi par le fait que la chose apparemment la plus importante pour ces dirigeants qui ont perdu la foi est de prendre une posture publique. De dire en substance : « Je vivais et prêchais avec conviction quelque chose depuis 20 ans et j’ai entraîné des générations de gens à ce que je croyais et maintenant, je n’y crois plus. Désormais, je communique le plus largement possible à tous ces gens que tout était faux, et je les conduis … dans ma prochaine vérité ».

 

N.D.L.R.  

L'Eglise du Seigneur a vraiment besoin, aujourd'hui, d'ouvrir la réflexion ! Ici encore qu'est-il écrit dans la Parole de Dieu ? « Que faire donc, frères? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification ». Et ceci est tout aussi valable dans le domaine de la prédication...

Extrait du livre : LE CHRISTIANISME PAGANISÉ Les origines de nos pratiques modernes d'églises Par Frank A. Viola

L'origine de l'équipe de culte

Dans beaucoup d'églises contemporaines, charismatique ou non charismatique, le chœur a été remplacé par le phénomène récent de l'équipe de culte. Dans les églises de ce genre, l'endroit de réunion revendique peu de symboles religieux (excepté des bannières peut-être).

 

À l'avant-scène, on retrouve un podium simple, quelques plantes, des amplificateurs et haut-parleurs, et un bon nombre de fils. On y porte la tenue de tous les jours. Les sièges ou des chaises pliantes de théâtre remplacent typiquement les bancs. L'équipe standard de culte inclura une guitare amplifiée, les batteries, le clavier, probablement une guitare basse, et quelques vocalistes. Des paroles sont habituellement projetées sur un écran ou un mur par (ou vidéo) un projecteur. Quelqu'un « appelé de Dieu » à la tâche tournera les transparents ou les glissières de PowerPoint présélectionnées avant le service. Il y a une absence éclatante de cahiers de cantiques ou d’hymnes.

 

Dans de telles églises, le culte signifie suivre les cantiques prescrits par l’équipe. Le « temps d’adoration et de culte » dure typiquement 30 à 40 minutes. Les premiers cantiques sont habituellement des choeurs des louanges rythmés. L'équipe de culte animera l’assemblée dans une session en tapant des mains,en se balançant, en levant les mains et parfois même en dansant sur un pot pourri de chants individualistes, doux d’adoration. (Le point central de tous ces cantiques est une expérience individuelle. Les pronoms personnels — « je, me, moi » — dominent pratiquement chaque cantique.)

 

Comme l’orchestre descend de la scène, les huissiers passent les plats pour l’offrande. Ce qui sera habituellement suivi du sermon où le pasteur dominera le reste du service. Dans beaucoup d'églises, le pasteur appellera l'équipe de culte pour retourner sur la scène pour jouer quelques cantiques d’adoration alors qu’il donne l’épilogue de son sermon.C’était là le temps du ministère qui se termine par la musique de l’orchestre.

 

La liturgie de cantique que je viens de décrire fonctionne comme le rouage de l'horloge dans les églises les plus charismatiques et les moins confessionnelles.

 

Mais d'où est-elle venue ?

L'origine de « l’équipe de culte » remonte à la fondation de la Calvary Chapel en 1965. Chuck Smith, le fondateur de la dénomination, avait mis sur pied un ministère de hippies et de surfers. Smith souhaitait la bienvenue aux hippies nouvellement convertis et les invitait à raccorder leurs guitares et à jouer leur musique maintenant rachetée dans l'église. Il a donné à la contre-culture une scène pour leur musique—leur permettant de jouer aux concerts du dimanche soir. Les nouvelles formes musicales à s'appelaient «louange et adoration.» Pendant que le mouvement de Jésus commençait à s'épanouir, Smith fonda la compagnie d’enregistrement Maranatha en 1973. Son but était de distribuer les cantiques de ces jeunes artistes.

 

Le mouvement Vineyard, sous l'influence du génie musical de John Wimber, a suivi avec le concept d'équipe de culte en 1977, où il fonda la fraternité de chrétien du Vineyard d'Anaheim. Le Vineyard a probablement montré plus d'influence sur la famille chrétienne en établissant des équipes de culte et de musique que le mouvement de la Chapelle du Calvaire. La musique Vineyard est considérée comme plus intime et propre à l’adoration, alors que la musique de la Calvary Chapel est plus reconnue pour l’optimiste de ses cantiques de louange.

 

La mélodie religieuse américaine a connu une réforme avant celles de la Calvary Chapel et du Vineyard. Commençant à Dublane, Ecosse en 1962, un groupe de musiciens d'église britanniques mécontents essaya de revitaliser les cantiques chrétiens traditionnels.

 

Ils ont engendré un nouveau type de musique influencé par certains artistes populaires. Cette réforme fut la première étape pour les changements musicaux révolutionnaires qui prirent racine dans l'église chrétienne par le Calvary Chapel et le Vineyard. En temps voulu, la guitare remplaça l’orgue comme instrument central du culte dans l'église protestante. Bien que modelé d’après le concert rock de la culture séculaire, l'équipe de culte est devenue aussi commune que le pupitre.

 

Quel est le problème ?

Peut-être vous vous demandez, « qu’est-ce qu’il y de mal à avoir un chef de chœur, un chef de culte, ou une équipe de culte pour faire chanter l'église ? » Rien. Sauf qu'on vole au peuple de Dieu une fonction essentielle : Choisir et mener leur propre chant dans l’assemblée de remettre le culte divin dans leurs propres mains, de permettre à Jésus-Christ de mener le chant de son église plutôt qu'à un outil humain.

 

Écoutez la description de Paul d'une réunion d'église : « Chacun de vous apporte un cantique… » « vous entretenant avec des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituelles ». Chefs de cantique, chœurs, et équipes de culte rendent ceci impossible. Ils mettent également des limites à la Souveraineté de Christ, spécifiquement à son ministère de conduire ses frères dans des cantiques d'adoration à son Père. De ce ministère (qui est peu connu aujourd'hui), l'auteur d'Hébreux dit, « Celui qui rend les hommes saints et ceux qui sont rendus saints sont de la même famille. Ainsi Jésus n'a pas honte de les appeler frères. Il [Jésus] dit, « je déclarerai ton nom à mes frères; en présence du rassemblement [ekklesia] je chanterai tes louanges ».

 

Quand des cantiques de culte peuvent seulement être chantés par les doués, il ressemble davantage à un divertissement qu’à un culte d’église. Et seulement ceux qui «sont talentueux» peuvent participer au service de d’introduire des cantiques. Un ministère qui appartient à tous les membres du peuple de Dieu.

 

Je me réunis avec des églises où chaque membre est libre pour commencer un cantique spontanément. Imaginez: Chaque frère et sœur introduisant des cantiques sous la Souveraineté du Christ ! Écrivant même leurs propres cantiques et les apportant à la réunion pour nous les apprendre. L'un après l'autre. Sans longues pauses. Chacun participant au chant. Moyen, ordinaire, banal, chrétiens de toutes classes. Sans la présence évidente de conducteur. Une telle expérience est inconnue dans l'église institutionnelle. Pourtant elle est disponible pour tous ceux qui souhaitent éprouver la Souveraineté du Christ lors d'une réunion. De plus, le chant dans de telles églises est intensément plus corporatif qu'individualiste et subjectif.

 

Laissez-moi vous avertir, cependant. Une fois que vous avez goûté l'expérience d’avoir des cantiques de culte et d'adoration dans vos propres mains, vous ne souhaiterez jamais retourner à vous asseoir dans un siège pour être mené par un directeur de chœur ou une équipe de culte. Vous serez très probablement désintéressés pour tout autre chose.

 

Aussi merveilleuse que l'équipe de culte puisse être, il y a quelque chose de plus haut et d’infiniment plus riche. Il est grand temps que le ministère de la musique et du cantique soit enlevé du clergé de deuxième ordre et soit remis au peuple de Dieu. Alors seulement les enfants du Seigneur pourront entièrement comprendre les paroles du Psalmiste :

 

1 Sur les bords des fleuves de Babylone, Nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion.

2 Aux saules de la contrée Nous avions suspendu nos harpes.

3 Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, Et nos oppresseurs de la joie: Chantez-nous quelques-uns des cantiques de Sion!

4 Comment chanterions-nous les cantiques de l’Eternel Sur une terre étrangère ?

1 Cantique des degrés. Quand l’Eternel ramena les captifs de Sion, Nous étions comme ceux qui font un rêve.

2 Alors notre bouche était remplie de cris de joie, Et notre langue de chants d’allégresse; Alors on disait parmi les nations: L’Eternel a fait pour eux de grandes choses! 65

La vraie difficulté n'est pas en fait que l'église soit trop riche mais qu'elle est devenue fortement institutionnalisée, avec un investissement écrasant dans l'entretien. Elle a les caractéristiques du dinosaure et du cuirassé. Elle est sellée avec une usine et un programme au-delà de ses moyens, de sorte qu'elle est absorbée dans des problèmes d'approvisionnement et préoccupée avec la survie. L'inertie de la machine est telle, que toutes les attributions financières, les légalités, les canaux de l'organisation, les attitudes de l'esprit, sont placés dans la direction de continuer et d’améliorer le status quo. Si on veut couper à travers ces canaux, alors la l'énergie est épuisées avant même qu'on atteigne jamais les lignes ennemies.

 

- John A.T. Robinson

 

Extrait du livre : LE CHRISTIANISME PAGANISÉ Les origines de nos pratiques modernes d'églises Par Frank A. Viola

 ...

Et ils n’ont même pas l’air embarrassés !

Ils ne semblent ni confus, honteux, humiliés. Mais pourquoi être si empressés de continuer de conduire les gens si vous reconnaissez publiquement que vous ne savez clairement pas où vous allez?

Ma deuxième pensée est la suivante : Pourquoi les gens agissent-ils comme si « être authentique » couvrait une multitude de péchés ? Comme si la définition du courage, c’était simplement de partager de manière virale chaque pensée triste ou moment de défaite ? Ce n’est pas ça le courage. Réfléchissent-ils aux conséquences ? …

Troisièmement, il existe un fil conducteur entre ces leaders / influenceurs : Personne d’autre qu’eux ne parle VRAI. C’est tout simplement faux. Je viens justement de lire aujourd’hui cette déclaration du responsable de louange connu (Marty Sampson) qui disait : « Comment un Dieu d’amour pourrait-il envoyer les gens en enfer ? Personne n’en parle ». Comme s’il était le premier à se poser cette question ! Frère, tu n’es pas si unique. L’église a lutté avec ça pendant 1500 ans. Littéralement. En réalité, tout le monde en parle. Les enfants en parlent à l’école du dimanche. Il y a un milliard de livres écrits sur le sujet. Le fait que tu n’obtiennes pas la réponse que tu souhaiterais ne signifie pas que nous ne sommes désarmés face à ce sujet. Nous affrontons ces questions avec les Écritures, jusqu’à ce que nous soyons transformés par le renouvellement de notre intelligence.

Pour finir, et le plus choquant à mon avis, c’est qu’en même temps que ces influenceurs renient leur foi, ils terminent toujours leurs déclarations avec leur « nouvelle vision / nouvelle vérité » qui est juste une régurgitation des paroles de Jésus ! C’est vraiment bizarre et paradoxal. Ils disent « Je renie ma foi, mais souvenez-vous : Aimez les gens, soyez généreux, pardonnez aux autres ».

Humm, mais pourquoi ? Ce n’est pas là le discours de la nature humaine (sans Dieu). Aucun enfant n’est jamais né en disant : « Je veux juste aimer les autres avant de m’aimer moi-même. Je veux tendre l’autre joue. Je veux donner mon argent aux autres dans le besoin ». Mais ce sont justement des principes bibliques enseignés par un prophète / prêtre / roi des rois qui veut que nous vivions non pas selon des standards terrestres, mais plutôt selon les standards du « Royaume de Dieu ».

Par conséquent, il faut être logiques : Si Jésus n’est pas la vérité, et si la Parole de Dieu n’est pas absolue, alors en répétant les enseignements de Jésus, vous approuvez les paroles d’un fou. Un fou qui a dit « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père si ce n’est par moi ». Il a également dit qu’il était vivant avant Abraham, et que le voir, c’était voir Dieu parce qu’il était un avec Dieu. Alors, pourquoi un leader chrétien qui apostasie ferait-il valoir que « la générosité est bonne » ? …

Je suis stupéfait par le fait que tant de chrétiens souhaitent bénéficier des avantages du royaume de Dieu, mais continuant d’être eux-mêmes le roi.

Il est temps que l’église redécouvre la prééminence de la Parole. Et de valoriser l’enseignement de la Parole. Nous devons valoriser la vérité par rapport au sentiment. La vérité sur les émotions. Ce que nous voyons aujourd’hui est le résultat de l’élévation exagérée de leaders qui n’ont eux-mêmes pas valorisé la vérité aux yeux des gens qu’ils conduisaient, ce qui a engendré une génération qui ne croit pas à la suprématie de la vérité. Et maintenant, ces leaders apostats continuent d’éloigner les gens encore plus loin de la vérité.

En quoi est-ce étonnant que ceux qui abandonnent la vérité absolue de la Bible voient leur vie se désagréger par la suite? … Frères et sœurs du monde entier, pasteurs, enseignants, responsables de louange, influenceurs… Je vous en supplie, s’il vous plaît, dans nos recherches d’idées pour servir l’Évangile, ne cherchons pas à façonner la parole de Dieu à l’image de notre culture, en étouffant les vérités qui dérangent. Mais restons plutôt fermement ancrés dans la Parole vivante de Dieu. Car elle ne change pas. « L’herbe sèche et les fleurs s’estompent, mais la parole de notre Dieu est éternelle  (Esaïe 40 v. 8) ».

 

 John Brahm

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


PENSEES - PARTAGEES - Twitter

En partenariat avec Jerome Prékel du site : https://lesarment.com

INFORMATIONS
-----------

ACTUALITES - CHRETIENNES