Édification Chrétienne

Les podcasts de bible-Foi

 

 

 

 

 

 

« Jésus ordonne le baptême » Message écrit de  Zacharias T. Fomum

 

« ... ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? Pierre leur répondit : Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé au nom du Seigneur Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés... (Actes 2:37-38). » Le Seigneur Jésus Lui-même a donné l'ordre que les croyants soient baptisés. Il a dit à ses disciples : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde (Mathieu 28:19-20). »

Les disciples reçurent ainsi du Seigneur l'ordre :

1. De faire des disciples.

2. De baptiser ces disciples.

3. D'enseigner ces disciples à faire et à baptiser des disciples.

 

Il leur dit de nouveau la même chose en ces termes : « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui QUI CROIRA ET QUI SERA BAPTISE SERA SAUVE; mais celui qui ne croira pas sera condamné (Marc 16:15-16). »

Encore une fois, les disciples devaient :

1. aller par tout le monde.

2. Prêcher la bonne nouvelle à toute la création.

3. Quelques-uns croiront.

4. Ceux qui croiront seront baptisés.

5. Ceux qui croiront et qui seront baptisés seront sauvés.

6. Ceux qui ne croiront pas seront condamnés.

Nous déduisons de ce passage, que pour être sauvé, il faut croire et être baptisé. Ceux qui croyaient mais qui n'étaient pas baptisés n'étaient pas condamnés. Ceux qui ne croyaient pas étaient condamnés.

 

LE BAPTÊME TEL QU'IL ÉTAIT PRATIQUE PAR L'EGLISE AU TEMPS DE LA BIBLE

Pierre donna ce commandement à ceux qui :

1. Avaient entendu son discours,

2. Furent convaincus de péché (le cœur vivement touché),

3. Demandèrent intelligemment ce qu'ils devaient faire.

 

Pierre leur demanda de faire deux choses :

1. Se repentir,

2.Être baptisés.

Ainsi, ceux à qui l'on s'adressait devaient être capables de se repentir. Ils devaient mettre cette capacité en action. Ils devaient se repentir. Après la repentance, ils devaient être baptisés. Ils devaient accomplir les deux choses à la fois : Se repentir sans se faire baptiser par la suite, ni d'être baptisés sans s'être auparavant repentis. Lorsqu'ils auraient accompli ces deux choses, Pierre leur promit qu'ils recevraient du Seigneur deux choses :

1. Le pardon des péchés.

2. Le don du Saint-Esprit.

 

Il était évident que s'ils échouaient dans la part qui leur était échue, Dieu n'accomplirait pas Sa part ? Pierre leur dit encore : « Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera" (Actes 2:39). »

Nous posons immédiatement une question : « Quelle promesse qui était pour eux, pour leurs enfants et pour tous ceux qui seraient au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellerait ? » C'est la promesse qu'ils recevraient le pardon des péchés et le don du Saint-Esprit, s'ils se repentaient et se faisaient baptiser. La promesse n'avait de signification que pour ceux qui pouvaient remplir les conditions exigées par le Seigneur.

Elle n'offrait absolument rien à ceux qui ne pouvaient pas ou ne voulaient pas se repentir. La promesse était pour ceux que « le Seigneur notre Dieu appellerait » ; le seigneur appelle ceux qui sont capables d'entre Sa voix et de répondre, si tel est leur désir.

Parmi ceux qui eurent le cœur vivement touché, et qui demandèrent à Pierre : « Hommes frères, que ferons-nous ? », certains reçurent les paroles de Pierre. Ils remplirent la condition en se repentant et en se faisant baptiser ce jour-même. Ceux qui furent baptisés s'ajoutèrent à ceux qui avaient cru auparavant et qui s'étaient fait baptiser.

Ces gens furent ajoutés à l'Eglise locale en croyant et en se faisant baptiser. S'ils avaient cru sans se faire baptiser, ils n'auraient jamais été ajoutés à l'Eglise locale. Ils auraient été justifiés devant Dieu à cause de Leur repentance et de leur foi au Seigneur Jésus. Mais ils n'auraient eu aucune place dans la vie, les conflits, les victoires, etc., du peuple de Dieu sur la terre.


LE BAPTÊME DES ENFANTS :

DIEU N'A PAS DE PETITS-ENFANTS !

 

Nous ne lisons nulle part dans la Bible que des enfants furent baptisés. Comme nous l'avons vu clairement, la foi au Seigneur Jésus est une condition préalable pour le baptême. Les pécheurs doivent se repentir et recevoir le Seigneur Jésus. C'est alors qu'ils peuvent être baptisés. Les bébés ne peuvent pas comprendre la Parole de Dieu. Les bébés ne comprennent pas leur état de perdition devant Dieu. Les bébés ne peuvent pas se repentir. Les bébés ne peuvent pas recevoir le Seigneur J2sus comme leur Sauveur et Seigneur. Par conséquent, les bébés ne doivent pas être baptisés.

 

Que faut-il faire lorsque les parents sont chrétiens ? Eh bien, Dieu n'a pas de petit-enfants, il a des enfants. Les gens doivent être individuellement et personnellement reliés au Seigneur Jésus. Il n'y a pas de gènes de la foi au Seigneur Jésus, qu'un parent croyant peut transmettre à son bébé. Par conséquent, les bébés des chrétiens naissent dans le royaume du diable, et doivent personnellement, à travers la repentance et la foi au Seigneur Jésus, sortir du royaume du diable pour être transportés dans le royaume de Christ.

C'est alors qu'ils peuvent être baptisés. Les baptiser avant cela est un mensonge, un mensonge du diable qui a pour but de tromper des multitudes de personnes. Oh! Des multitudes sont maintenant en enfer, et nombreux sont ceux qui s'y dirigent, parce qu'ayant été baptisés enfants, on les a trompés en leur faisant croire qu'ils étaient devenus enfants de Dieu.

Qu'en est-il de la pratique selon laquelle il faut baptiser les bébés et, plus tard, leur parler du Seigneur Jésus pour les amener au salut en Christ ? C'est encore là une fausse doctrine, qui dit : « Celui qui sera baptisé et qui, plus tard croira sera sauvé ». C'est aussi une doctrine du diable, car le Seigneur Jésus a dit : « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé ». Dieu l'a dit et continue à le dire. Quiconque renverse l'ordre des choses établi par Dieu ne restera pas impuni (Apocalypse 22:18-19).


LA SIGNIFICATION SPIRITUELLE DU BAPTÊME

a. C'est l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu

L'apôtre Pierre a dit : « Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant l'Esprit, dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c'est-à-dire huit, furent sauvées à travers l'eau. Cette eau était la figure du baptême, qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus-Christ (1Pierre 3:18-21). »

Le baptême est l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu. C'est faire appel à Dieu pour obtenir une bonne conscience. Pourquoi le baptême est-il l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu ? C'est parce que la dette du péché, qui pèse sur celui qui accepte d'être baptisé, a été payé. Parce que le sang de Christ l'a lavé de tous ses péchés, celui qui est baptisé peut alors venir à Dieu avec une bonne conscience et avec assurance.

Une telle personne dit au Seigneur : « Père, grâce au sang de Christ, je suis libéré de ma dette et des liens du péché, et je viens donc à toi ». Évidemment, seuls ceux qui ont déjà expérimenté la puissance régénératrice de Dieu peuvent se présenter ainsi devant Lui. Un incroyant ne peut pas venir de cette manière vers Dieu. Un bébé non plus.

 

b. Une union avec Christ dans Sa mort, et la mort au péché

La Bible dit : « Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ? (Romains 6:1-3). »

Lorsque quelqu'un est baptisé, c'est comme s'il disait : « Je suis mort avec Christ parce que j'ai été crucifié avec lui. Le péché a crucifié Christ. Par conséquent, je m'en sépare de tout mon cœur, en coupant avec le péché sous toutes ses formes et manifestations ». Continuer à vivre dans le péché après avoir été baptisé, c'est une chose terrible ; C'est crucifier Christ une seconde fois.

 

c. Une union avec Christ dans Son ensevelissement

Christ est mort sur la croix. Il est aussi ressuscité. Qu'y a-t-il entre Sa mort et Sa résurrection ? Il y a Son ensevelissement. Sa tombe se situe entre la croix et la résurrection. Christ n'a pas échappé à l'ensevelissement. La réalité de la mort est confirmée par l'acte d'enterrement.

Le baptême représente un enterrement. C'est l'enterrement de ceux qui sont morts avec Christ. L'eau du baptême est la tombe où le converti en Christ enterre tout ce qui appartient à son ancienne vie. Dans cette eau, il abandonne sa vieille nature qui a été crucifiée avec Christ. Cher ami, le baptême veut dire que tu as décidé d'abandonner tout ce qui n'est pas en harmonie avec la volonté de Dieu pour toi.

 

d. L'engloutissement du monde dans l'eau

Quand quelqu'un est crucifié avec Christ, le monde aussi est crucifié pour cette personne. L'apôtre Paul l'explique clairement en disant : « Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d'autre chose que la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde (Galate 6:14) ». Le monde qui a été crucifié a aussi été enterré avec Christ. Lorsque tu entres dans l'eau du baptême, ton monde entre avec toi dans l'eau.

Le monde n'a pas de puissance de résurrection parce qu'il n'a pas la vie de Christ. C'est pour cela qu'il reste englouti dans l'eau. Il est mort pour toi. Peux-tu imaginer quelqu'un en train d'aimer, d'admirer et de caresser un cadavre ? Non ! Ainsi, tous ceux qui ont été crucifiés avec Christ et ensevelis avec lui ne doivent pas aimer le monde en un sens, ils ne peuvent même pas aimer le monde, car l'amour du monde n'est point en eux.

A ceux-là, l'apôtre Jean pouvait dire : « N'aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui  (1Jean 2:15). »

Ce n'est pas seulement le monde qui est enterré dans l'eau du baptême. Les choses du monde, qui éloignent du Seigneur Jésus, y sont aussi enterrées. Le baptême veut dire que toutes ces choses sont englouties dans l'eau. Il est triste de retourner encore en arrière pour les aimer et les servir, après avoir été enterré.

Je veux te rappeler, à toi qui as été baptisé, que le monde est fini pour toi. Tu ne dois plus avoir de plans pour te glorifier, t'exalter et t'adorer toi-même. Tous tes plans doivent êtres centrés uniquement sur le Seigneur Jésus et Son royaume, tu n'as aucun choix là-dessus.

 

e. Le baptême est un ensevelissement

Nous avons vu que le baptême est un ensevelissement. Normalement, seules les personnes qui sont mortes peuvent être enterrées. Seules ceux qui, par la repentance envers Dieu et par la foi au Seigneur Jésus, ont pris leur place avec Christ dans Sa mort sur la croix, doivent être baptisés. Tous les autres sont exclus du baptême.

Nous nous demandons ensuite : « Comment un mort est-il enterré ? » Lors de l'enterrement, le mort est mis entièrement sous terre. Il n'y est pas mis partiellement. Si quelqu'un a un cadavre à enterrer et s'il se contente seulement de lui mettre un peu de terre sur la tête, une grande partie du cadavre reste alors à découvert, et il s'agit d'un enterrement très anormal. De même, dans le baptême, qui représente un enterrement, la personne toute entière, de l'orteil jusqu'à la tête, est plongée dans l'eau, comme si on l'enterrait. La Bible dit : « Ayant été ensevelis avec lui par le baptême » (Colossiens 2:12).

 

f. Une union avec Christ dans Sa résurrection

Le Seigneur Jésus n'est pas resté dans la tombe. Il est ressuscité des morts. La tombe ne fut pas l'ultime fin. Après la tombe, il y eut pour Lui la résurrection et la vie de résurrection.

Une personne qui est enterrée avec Christ dans le baptême doit aussi entrer dans la nouvelle vie en Christ.

La Bible dit : « Nous avons été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort afin que, comme Christ est ressuscité des mort par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie (Romains 6:4) ». « Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts. Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses (Colossiens 2:12-13). »

Ta mort avec Christ sur la croix ne t'a pas imparti la vie de Dieu. Ta nouvelle vie est liée à la résurrection du Seigneur Jésus. Tu es ressuscité avec Lui. Lorsque tu es sorti de l'eau du baptême, un seul chemin a été ouvert devant toi: le chemin de la nouveauté de vie en Christ. Le chemin qui inclut: l'amour, la joie, la paix, la patience, la bénignité, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance, la compassion, l'humilité, la tendresse, etc. ...

 

Parce que tu es ressuscité avec Christ, tu dois rechercher les choses d'en-haut et faire mourir celles qui sont sur la terre. C'est cela la sainteté, qui est tout entièrement liée au baptême. La Bible dit : « Si vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en-haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d'en-haut et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ votre vie paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre : l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie.

C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois lorsque vous viviez dans ces péchés. Mais maintenant renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l'animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et ayant revêtu l'homme nouveau, qui se renouvelle dans la connaissance, selon l'image de celui qui l'a créé (Colossiens 3:1-10). »

 

g. Le baptême n'est pas la fin

Certains pensent que tout ce qu'il leur faut, c'est se repentir et être baptisés, et ainsi ils auront accompli la volonté parfaite de Dieu, et qu'il n'y a plus rien à ajouter. C'est un grand mensonge. Comme nous venons de le voir, il faut à la fois rechercher des choses d'en-haut et mettre à mort des choses qui sont sur la terre. Si quelqu'un s'arrête au baptême, Dieu ne prendra point plaisir en cette personne.

La Parole de Dieu dit : « Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu'ils ont tous passé au travers de la mer, et qu'ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. Mais la plupart d'entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu'ils périrent dans le désert. Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d'exemple, afin que nous n'ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu.

Ne devenez point idolâtres, comme quelques-uns, selon qu'il est écrit : Le peuple s'assit pour manger et pour boire; puis ils se levèrent pour se divertir. Ne nous livrons point à l'impudicité, comme quelques-uns d'eux s'y livrèrent, de sorte qu'il en tomba vingt-trois mille en un seul jour. Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par les serpents. Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d'eux qui périrent par l'exterminateur. Ces choses leur sont arrivées pour servi d'exemple, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles (1Corinthiens 10:1-11). »

Le baptême n'est pas la fin. Persévère dans le Seigneur. Rappelle-toi aussi que le baptême d'eau n'est qu'une partie d'un baptême unique. La Parole de Dieu dit : « Il y a un seul corps ... un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous  (Ephesiens 4:4-6). »

 

Pour les enfants d'Israël, le seul baptême fut le baptême en Moïse dans la nuée et dans la mer. Pour le croyant, le seul baptême est le baptême d'eau et dans le Saint-Esprit. Lorsque tu as été baptisé dans l'eau, tu dois continuer et compléter ton baptême en te soumettant au Seigneur Jésus, Celui qui baptise dans le Saint-Esprit, afin qu'il puisse te baptiser dans le Saint-Esprit. Jean-Baptiste a dit : « Moi je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu  (Matthieu 3:11). »

 

Après avoir cherché et reçu le baptême dans le Saint-Esprit, tu dois savoir que ce n'est pas non plus la fin. Jésus est la fin. L'apôtre Paul a dit : « Afin de connaitre Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à Lui dans mort pour parvenir, si je le puis, à la résurrection d'entre les morts. Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j'ai déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus-Christ  (Philippiens 3:10-12). »

 

h. La confession des lèvres sans la régénération (Actes 8:9-24)

Même dans l'Eglise primitive, il y avait des gens qui manifestaient une certaine foi, qui faisaient une certaine confession, et, sur la base de cette confession, ils se joignaient à l'Eglise locale, sans toutefois être d'authentiques convertis. Ce fut le cas de Simon le magicien ?

La Bible dit : « Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l'étonnement du peuple de la Samarie. Tous, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, l'écoutaient attentivement, et disaient: Celui-ci est la puissance de Dieu, celle qui s'appelle la grande. Ils l'écoutaient attentivement, parce qu'il les avait longtemps étonnés par ses actes de magie. Quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du Royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser.

Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s'opéraient. Les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la Parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint-Esprit.

Car il n'était pas encore descendu sur aucun d'eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains ; et ils reçurent le Saint-Esprit. Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, il offrit de l'argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j'imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit  (Actes 8:9-19). »

La foi de Simon n'était pas authentique. Il était ébloui par les miracles. Il resta avec Philippe parce qu'il était émerveillé par les miracles. Il découvrit qu'il y avait une plus grande puissance dans le ministère du baptême dans le Saint-Esprit exercé par les apôtres. Il voulait la puissance. Il n'avait pas vraiment été attiré par le Seigneur Jésus.

Il était attiré par les miracles. La Bible dit : « Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu'il faisait. Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu'ils les connaissait tous, et parce qu'il n'avait pas besoin qu'on lui rendit témoignage d'aucun homme; car il savait lui-même ce qui était dans l'homme (Jean 2:23-25). »

La foi de Simon était du même type, et elle ne le conduisit pas à la vie éternelle. Il ne fut pas régénéré. Pierre dit  « Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n'est pas droit devant Dieu. Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s'il est possible; car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l'iniquité (Actes 8: 21-23). »

Le cœur de Simon n'était pas droit devant Dieu. Il était dans le fiel de l'amertume et dans les liens de l'iniquité. Il devait se repentir. C'était la condition de son cœur quoiqu'ayant « cru » et ayant été baptisé dans l'eau. Il n'était pas un vrai croyant. Lorsqu'on lui demanda de se repentir, il ne le fit pas. Il voulut seulement éviter de subir la malédiction. Il dit : « Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu'il ne m'arrive rien de ce que vous avez dit (Actes 8:24) ». Ce fut une triste demande. Il ne demanda pas que le Seigneur lui pardonne et change son cœur, mais il voulait continuer à vivre sans être atteint par Son jugement.

Baptisé, mais loin du Seigneur! Baptisé, mais inconverti ! Est-ce ton cas ? Repens-toi et sois baptisé, sinon tu périras. Même dans une assemblée locale où la puissance et la présence de Dieu sont manifestes, il peut toujours y avoir des gens qui ne sont pas régénérés. Ils ne sont pas venus à Jésus en tant que leur Seigneur, mais pour obtenir quelque chose de Lui, la guérison, la paix, ou quelque gain matériel. Ils ont cru, d'une certaine manière, mais ils ne sont pas régénérés. Ils peuvent s'exprimer d'une manière correcte et avoir un comportement extérieur de chrétien, mais ils n'appartiennent pas au Seigneur. Le Seigneur connaît ceux qui Lui appartiennes, es-tu l'un de ceux-là ?

Cependant, dans une assemblée selon le cœur de Dieu, de telles personnes doivent représenter une minorité extrême. Si leur pourcentage s'accroît, alors les choses vont bien mal.

Ne quitte pas une assemblée locale à cause d'une ou de deux personnes de ce genre. Les anges demeurent des anges, et sont lumineux et saints, bien que le premier d'entre eux, Lucifer, ait chuté !

 

Zacharias Tanee Fomum

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


0.png0.png1.png8.png4.png3.png6.png9.png2.png
AUJOURD'HUI2
HIER197
CETTE SEMAINE372
CE MOIS5736
TOTAL cumulé avec bible-foi.org - depuis 20101843692

Visiteurs en ligne

2
En ligne

28 octobre 2020
Web Traffic