Suivez nous

bible ouvertefr

➽ Notre plateforme de messages audio/vidéo

➽ échanges, questions réponses ,  recherches

 

 

 

 

Frères et sœurs, la véritable adoration réside dans la reconnaissance que Dieu a tout accompli en Jésus-Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’adoration est un thème qui peut paraître simple à aborder au premier regard, mais lorsqu’on se plonge dans les textes hébraïques de la Torah, on y trouve des profondeurs stupéfiantes !

Dans le livre de la Genèse (Bérechit) nous pouvons lire, au verset 28 du premier chapitre, que Dieu bénit Adam, c’est-à-dire l’homme et la femme. Le terme « וַיְבָרֶך » « véibarekh », « Il les bénit », vient du mot «ברך », « Bérekh » ou « barakh » qui signifie « bénir » mais également « s’agenouiller, se mettre à genoux pour adorer ».

Nous voyons d’ores et déjà que la première bénédiction de Dieu pour l’homme ne fut pas de « croître et multiplier » comme on l’enseigne en général dans le christianisme, mais de donner à l’homme la capacité de s’agenouiller pour adorer son Créateur. C’est là  la première bénédiction de Dieu envers Adam. Et j’ai envie de dire c’est l’adoration ultime. Pourquoi ?

 

 

Lorsque l’Adam (Ish et Isha, l’homme et la femme) a péché, une brisure s'est faite dans la création ! Non pas une séparation comme l’Adam l’a vécue, lorsque Dieu sépara la femme « isha » de l’homme « ish ». Cette séparation avait pour but que l’homme et la femme ne soient plus côte à côte mais face à face, afin qu’ils recherchent cette unité qu’ils avaient à l'origine. De cette recherche de l’unité initiale, dans la complémentarité et non dans la juxtaposition de deux entités identiques qui s’additionnent, l’homme et la femme ont la possibilité de porter du fruit en procréant.

Mais une brisure s’est faite entre la créature, la création et le créateur par la désobéissance de l’homme ! Une déchirure qui résultait de cette volonté de l’Adam de se rebeller contre son créateur. Cette déchirure, entre Dieu et l’Adam, introduisit la peur dans l’humanité ! (Genèse 3 v. 10) Plus d’adoration, mais de la peur !

Depuis lors, Dieu n’a de cesse de faire redécouvrir à l’homme cette bénédiction qui réside dans l'attitude de s’agenouiller et d’adorer Dieu !

 

Il le fit avec tous ceux qui acceptaient son autorité.

Il bénit Noé et ses fils ! (Barakh), Abraham (Barakh), Sarah (Bararh), Isaac (Barakh), Jacob, lorsque celui-ci combattit avec l’Ange de l’Eternel et qu’il le nomma Israël (Barakh), Samson (Barakh) et la liste est encore longue !

Je voudrais ici m’arrêter sur un fait important. Dans la tradition juive, nommer quelqu’un où quelque chose, revient à prendre autorité sur cette  personne ou cette chose. Par exemple, les parents nomment leurs enfants, et ainsi, ils ont une autorité parentale sur eux. C’est-à-dire qu’ils ont la responsabilité d’éduquer leurs enfants et de leur apporter tout ce dont ils ont besoin pour se lancer dans la vie. L’autorité a deux faces : La rigueur dans l’éducation, qui peut mener à la répression, et l’amour qui écoute, comprend, console, chérit. Ces deux faces de l’autorité ont pour seul objectif le bien de l’enfant !

Il en est de même pour Dieu envers nous ! Abram s’est laissé nommer par Dieu, c’est-à-dire qu’il a accepté que Dieu prenne autorité sur lui. Il a accepté de dépendre de Dieu en tous points pour sa vie. En laissant Dieu prendre autorité sur lui en le nommant, il dit en substance, j’accepte de dépendre de Dieu, sachant que Celui-ci me reprendra, me conduira, m’enseignera et prendra pour ma vie les décisions les meilleures !

 

En reconnaissant que tout sera pour mon bien !

Lorsque Dieu demanda à Abram de quitter la maison de son père, Il dit textuellement : « Vas pour toi ! pour ta vie ! ». Abram devint Abraham. De même pour Saraï, elle fut nommée Sarah par Dieu ! Jacob devint Israël, etc…

En se laissant nommer par Dieu, l’homme accepte son autorité sur sa vie et permet ainsi à l’Eternel de le bénir (Barakh). L’adoration réside dans le fait d’accepter l’autorité de Dieu en lui obéissant : « Samuel dit: L'Eternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l'obéissance à la voix de l'Eternel ? Voici, l'obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l'observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers (1 Samuel 15 v. 22) » ; en s’agenouillant devant son créateur !

Les hommes de Babel ont refusé de se laisser nommer par Dieu : « Faisons-nous un nom (Genèse 11 v. 4) » ; « nommons-nous nous-mêmes !  ». Ils ont refusé l’autorité de Dieu sur leurs vies. Leur roi se nommait Nimrod, en hébreu, veut dire « celui qui se dresse contre », « Le rebelle ». La bénédiction réside dans le mot « barakh », s’agenouiller devant notre créateur ; la malédiction réside dans le fait de se dresser contre Dieu !

 

Quel est celui qui a parfaitement adoré Dieu ? Le Fils de l’homme ! (Ben Adam) pourquoi ? Dans le judaïsme, les sages disent que la création entière repose sur trois piliers (c’est la raison pour laquelle Dieu est trois fois Saint).

Le premier pilier est la dimension temporelle de la création, le second est le vivant et la matière, enfin le troisième est l’espace. Dans le premier pilier, nous avons les 365 jours de l’année, les 52 shabbatoth (shabbaths, ou semaines) les 26 jours de « kheguim », « חגם », c’est-à-dire les fêtes. La plus importante des fêtes est Yom Kippour, la fête du grand pardon.

Dans le deuxième pilier, nous avons le monde matériel comprenant le vivant et l’inerte. L’Adam a été « élu » pour être à l’image de Dieu. Parmi les hommes, ceux qui ont accepté l’autorité de Dieu, sont, entre autres, Noé, Shem, Abraham et les patriarches qui ont donné le peuple élu : Israël. Et en Israël, les prêtres étaient choisis parmi le peuple et le premier d’entre eux était le grand prêtre (le cohen gadol).

 

 

Si nous reprenons le sommet de chaque pilier, nous avons la révélation centrale du maintien de l’univers, qui est le grand prêtre faisant l’aspersion du sang dans le Saint des Saints le jour de Yom Kippour. Or, nous savons que le grand prêtre par excellence n’est autre que Jésus le Messie (Mashiah), qui est venu dans le sanctuaire céleste avec son propre sang, en s’étant livré Lui-même comme sacrifice expiatoire  (Hébreux 9 v. 12).

Il est le sacrificateur perpétuel selon l’ordre de Melchisédek  (Hébreux 6 v. 20). En d’autres termes, le sacrifice de Jésus est le fait qui maintient l’univers. Pour les juifs, le messie (Mashiah) est celui qui fera le Tikkoun olam. C’est-à-dire celui qui réparera la brisure du monde. C’est exactement ce que Jésus a fait à la croix !

 

Permettez-moi de détailler un peu ce lien entre le Messie et la fête de Yom Kippour.

Le grand prêtre faisait l’aspersion du sang sur le propitiatoire « caporeth » « כפרת » de l’Arche, « Aron », « ארון » et devant celle-ci, sur le sol. L’Arche est le seul élément du temple qui n’a pas de dimensions finies, c’est-à-dire, que ses dimensions contiennent des demis. Les sages d’Israël disent que cela s’explique par le texte suivant : « Ils me ferons un sanctuaire et j’habiterai au milieu d’eux  (Exode 25 v.  8) ».

Le terme « habiter au milieu d’eux » n’est pas une bonne traduction. C’est « Veshraniti bethouram » c’est-à-dire « j’habiterai EN eux ».

Les sages d’Israël disent que l’Arche du Temple n’est que la moitié de celle-ci et que l’autre moitié doit être construite en nous. C’est ce qu’expliquait Paul aux Galates ! (Galates 2 v. 20) : « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi ».

Je disais que le véritable adorateur était Jésus. Penchons-nous sur l’Arche qui est une représentation du Messie ( Mashiah). Ses dimensions étaient 1,5 coudée par 1,5 coudées par 2,5 coudées. Le produit de ces dimensions nous donne 5,625 coudées.

Faisons un peu de guématria. Adam s’écrit en hébreu « אדם », mais nous pouvons détailler chaque lettre afin de trouver le sens profond du nom « Adam ». Il y a donc le « Alpeh », « א », qui s’écrit en toutes lettres « אלף », sa valeur numérique est 111. Puis, nous avons le « Dalet », «ד », qui donne en toutes lettres « דלת », valeur numérique : 434. Et enfin, le « mèm » « מ », « מם », valeur numérique : 80. Le total de la valeur numérique de chaque lettre donne 625.

 

Nous retrouvons ce chiffre dans l’Arche ! 5,625 !

Maintenant, penchons-nous sur ce que contenait l’Arche : Les tables de la loi. Si nous prenons les initiales du décalogue, la somme des lettres est de 238 et si nous prenons les finales du décalogue, la somme des lettres est de 387. 238 plus 387 donnent 625. Là encore nous retrouvons la dimension Adamique. Mais précisons une réalité très importante, c’est la dimension Adamique dans son sens profond, c’est-à-dire dans la réalité de l’Adam selon la pensée de Dieu ! L’Adam qui adore ! Nous allons préciser cette vérité plus loin.

Jésus disait : « Je ne suis pas venu abolir la loi mais l’accomplir  (Matthieu 5 v. 17) », cette vérité était déjà inscrite dans le Saint des Saints. Nous pouvons donc en déduire que l’Arche est éminemment adamique. Christ est le dernier Adam. Poursuivons !

Si nous considérons le nom d’Adam en toutes lettres, nous trouvons le sens caché de ce nom :  « mitpalèl », « מתפלל », qui veut dire « prier ». L’Adam a été, dès l’origine, créé pour prier et adorer !

 

Revenons à l’Arche. Le résultat du produit des dimensions est 5,625 disions-nous. Nous venons de trouver la relation entre l’Arche et l’Adam selon Dieu, c’est-à-dire le dernier Adam, le Mashiah. Mais que veut dire le 5 devant ? 5 correspond à la lettre « Hé », « ה », en hébreu. Chaque lettre de l’alphabet hébraïque était représentée par un symbole. Le Aleph était une tête de bœuf, le Beth, une tente, le Dalet, une porte, etc…

Eh bien le Hé était représenté par un homme à genoux qui adorait en levant les bras au ciel. De plus chaque lettre a une signification propre en hébreu, et le « Hé » veut dire : « Le souffle de vie », « l’Esprit Saint » ou « un cri de triomphe et de joie ».

Nous pouvons donc résumer ce que nous venons de dire par : Le dernier Adam, le Christ, a adoré Dieu dans une entière obéissance à sa volonté : « ...ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix (Philippiens 2 v. 8) ». En s’offrant Lui-même comme sacrifice expiatoire et, Il a remporté la victoire sur satan. Le sacrifice de Jésus est l’accomplissement concret de la fête de Yom Kippour, et c'est un cri de triomphe et de joie !

 

Pour terminer, notons une chose importante.

Les sages d’Israël ont vu que la plénitude de la réalité de l’Arche était l’accomplissement de la fête de yom kippour « extérieurement », et l’établissement de cet accomplissement dans chaque homme qui l’accepte, « intérieurement ».

 

 

Un peu plus haut nous disions que la réalité Adamique de l’Arche se trouvait dans l’Adam selon le cœur de Dieu.

Le sens profond de l’Adam est en Ish et Isha, l’homme et la femme. Les deux forment l’Adam. Il en est de même pour le Messie (Mashiah), la plénitude de son adoration se trouve dans son obéissance à la croix, et il en est de même pour son Epouse : « Et l’Esprit et l’église disent : Viens (Apocalypse 22 v. 17) ».

Frères et sœurs, la véritable adoration réside dans la reconnaissance que Dieu a tout accompli en Jésus-Christ. Et c'est notre volonté de nous laisser « nommer » par Dieu pour lui obéir, acceptant ainsi son autorité sur notre vie, par la vie du Christ en nous qui manifeste la réalité de la croix par le moyen de la foi. En un mot : La pentecôte !

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


PENSEES - PARTAGEES - Twitter

En partenariat avec Jerome Prékel du site : https://lesarment.com

INFORMATIONS
-----------

ACTUALITES - CHRETIENNES