Suivez nous

bible ouvertefr

➽ Notre plateforme de messages audio/vidéo

➽ échanges, questions réponses ,  recherches

 

 

 

 

Béni Fils de Dieu! Je suis ici. Par ta grâce, je donne ma vie à l'exécution de votre dernier grand commandement. Que mon cœur soit comme ton cœur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Obéissance au dernier commandement de Jésus

« Allez donc et faites de toutes les nations des disciples, en les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ( Matthieu 28 v. 19) ».

« Comme tu m'as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. Paix à toi! Comme le Père m'a envoyé, je vous envoie aussi  (Jean 17 v. 18 ; 20 v. 21) ».
Ces mots ne respirent rien de moins que l'esprit de la conquête du monde : « Toutes les nations… tout le monde… chaque créature… la partie la plus extrême de la terre ».

Chaque expression indique que le cœur de Christ était déterminé à revendiquer sa domination légitime sur le monde qu'il avait racheté et gagné pour lui-même. Et il compte sur ses disciples pour entreprendre et exécuter l'œuvre. Alors qu'il se tient au pied du trône, prêt à monter et à régner, il leur dit : « Toute autorité m'a été donnée dans les cieux et sur la terre  (Matthieu 28 v. 18) », et les indique aussitôt à « la fin de la terre « comme l'objet de ses désirs et de leurs efforts. En tant que roi sur le trône, il sera lui-même leur aide : « Je suis toujours avec vous  (v.20) ». Ils doivent être l'avant-garde de ses armées conquérantes, même jusqu'à la fin du monde.

Lui-même poursuivra la guerre. Il cherche à inspirez-leur sa propre assurance de la victoire, avec Son propre but de faire de cela la seule chose pour laquelle il vaut la peine de vivre ou de mourir - la reconquête du monde entier à Dieu.

Le Christ n'enseigne pas, ne discute pas, ne demande ni ne plaide ; Il commande simplement. Il a formé ses disciples à l'obéissance. Il les a liés à lui-même dans un amour capable d'obéir. Il leur a déjà insufflé son propre Esprit de résurrection. Il peut compter sur eux. Il ose leur dire : « Allez dans le monde entier ». Avant, durant sa vie sur terre, ils avaient plus d'une fois exprimé leur doute sur la possibilité d'accomplir ses commandements. Mais ici, aussi calmement et simplement qu'Il prononce ces paroles divines, ils les acceptent.

À peine montés, ils vont au lieu désigné pour attendre d'être équipés par leur Seigneur de la puissance céleste pour l'œuvre du ciel de faire de toutes les nations ses disciples. Ils ont accepté le commandement et l'ont transmis à ceux qui, à travers eux, croyaient en son nom. En l'espace d'une génération, des hommes simples, dont nous ne connaissons même pas les noms, avaient prêché l'Évangile à Antioche et à Rome et dans les régions au-delà. Le commandement a été transmis et absorbé dans le cœur et la vie, comme signifié pour tous les âges et pour chaque disciple.

La commande est également pour chacun de nous. Il n'existe dans l'Église du Christ aucun clan privilégié auquel seul appartient l'honneur, ni aucun clan servile sur lequel repose seul le devoir de porter l'Évangile à toute créature. La vie que Christ donne est sa propre vie. L'Esprit qu'Il respire est Son propre Esprit. La seule disposition qu'il travaille est son propre amour qui se sacrifie.

Par la nature même de son salut, chaque membre de son corps, en plein et plein contact avec lui, ressent le désir de transmettre ce qu'il a reçu. La commande n'est pas une loi arbitraire venant de l'extérieur; c'est simplement la révélation qui attend notre intelligence et le consentement volontaire de la vérité pleine et merveilleuse. Nous sommes son corps. Nous occupons maintenant sa place sur terre. Sa volonté et son amour accomplissent à travers nous l'œuvre qu'il a commencée, et maintenant, à sa place, nous vivons pour chercher la gloire du Père en lui rapportant un monde perdu.

 

Nous sommes certainement prêts à écouter avec joie tout ce qui peut nous aider à comprendre et à exécuter le dernier et grand commandement de notre Seigneur: l'Évangile à chaque créature. Ce que j'ai à dire relève de trois rubriques simples: Acceptez son commandement, mettez-vous entièrement à sa disposition et commencez immédiatement à vivre pour son royaume.

 

1. Acceptez son commandement

Divers facteurs affaiblissent la force de cette commande. Il y a l'impression qu'un ordre qui est général dans sa nature, et donné à tous, n'est pas aussi contraignant qu'un ordre qui est personnel et spécifique; que si les autres ne font pas leur part, notre part du blâme est relativement faible; que là où les difficultés sont très grandes, l'obéissance ne peut être absolument exigée; et que si nous sommes prêts à faire de notre mieux, c'est tout ce qui peut nous être demandé.

Ces attitudes ne sont pas de l'obéissance. Ce n'est pas l'esprit dans lequel les premiers disciples ont obéi. Ce n'est certainement pas l'esprit dans lequel nous souhaitons vivre avec notre Seigneur bien-aimé. Pourquoi ne pas décider que même si personne d'autre ne le fait, vous, par sa grâce, vous donnerez vous-même et votre vie pour vivre pour son royaume? Pendant un instant, oubliez tout le monde et pensez à votre propre relation personnelle avec Jésus.

Êtes-vous membre du corps du Christ ? Il attend de chaque membre qu'il soit à sa disposition, qu'il soit animé par son Esprit, qu'il vive pour ses desseins. Il en est ainsi de nos corps. Nous transportons chaque membre sain avec nous jour après jour, avec l'assurance que nous pouvons compter sur chacun pour faire sa part. Notre Seigneur nous a tellement vraiment fait partie de son corps qu'il peut demander et attendre cette même coopération de notre part. Et si nous nous sommes vraiment livrés à Lui, il ne peut être question de vouloir rien d'autre que de connaître et de faire Sa volonté.

Prenons l'exemple de la vigne et des sarments dans Jean 15. Le sarment, comme la vigne, n'a qu'un seul objet pour son existence: celui de porter du fruit. Si je suis vraiment une branche, je ne suis  tout comme Il était dans le monde - que pour porter du fruit, vivre et travailler pour le salut des hommes.

Prenez encore une autre illustration : Christ m'a acheté avec son sang. Aucun esclave appréhendé par la force ou acheté avec de l'argent n'a jamais été aussi entièrement la propriété de son maître que mon âme, rachetée et gagnée par le sang du Christ, livré et lié à lui par l'amour. Mon âme est sa propriété, à lui seul d'en faire ce qui lui plaît. Il le réclame de droit divin, agissant par le Saint-Esprit avec une puissance infinie, et j'ai donné le plein assentiment à vivre entièrement pour son royaume et son service. C'est ma joie et ma gloire.

Il fut un temps où c'était différent. Il y a deux façons dont un homme peut conférer sa richesse ou son service à un autre. Il y a longtemps, il y avait un esclave qui, par son métier, gagnait beaucoup d'argent. Tout l'argent est venu au maître. Le maître était gentil et traitait bien l'esclave. Enfin, grâce aux gains que son maître avait permis à l'esclave, il put acheter sa liberté. Avec le temps, le maître s'est appauvri et a dû demander de l'aide à son ancien esclave. L'esclave était non seulement capable mais plus disposé à le donner et a donné généreusement en remerciement pour la gentillesse antérieure de son maître.

Vous voyez tout de suite la différence entre le fait de rapporter ses gains et son service quand il était esclave et ses cadeaux quand il était libre. Dans le premier cas, il a tout donné parce que lui et son argent appartenaient au maître. Dans ce dernier, il n'a donné que ce qu'il a choisi de donner. De quelle manière devons-nous donner au Christ Jésus? Je crains que beaucoup donnent comme s'ils étaient libres de donner ce qu'ils veulent tout ce qu'ils pensent pouvoir se permettre. Le croyant pour qui le prix d'achat du sang a acquis certains droits se réjouit de savoir qu'il est l'esclave de l'amour rédempteur et de mettre tout ce qu'il a aux pieds de son Maître parce qu'il lui appartient.

Vous êtes-vous déjà demandé comment les disciples ont accepté le grand commandement si facilement et si chaleureusement ? Ils venaient tout juste du Calvaire où ils avaient vu le sang. Ils avaient rencontré le Ressuscité et Il leur avait insufflé Son Esprit. Pendant les quarante jours, « par le Saint-Esprit », il leur avait donné ses commandements. Pour eux, Jésus était Sauveur, Maître, Ami et Seigneur. Sa Parole avait une puissance divine; ils ne pouvaient qu'obéir. Inclinons-nous à ses pieds et cédons au Saint-Esprit pour révéler et affirmer sa puissante revendication. Acceptons sans hésiter et de tout notre cœur le commandement et le seul but de notre vie: l'Évangile à chaque créature !

 

2. Mettez-vous à sa disposition

Le dernier grand commandement a été si étroitement lié aux missions étrangères que beaucoup sont enclins à le confiner exclusivement à ce domaine de service. C'est une grave erreur. Les paroles de notre Seigneur : « Allez donc et faites de toutes les nations des disciples, en les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit », nous disent quel doit être notre but. Ce n'est rien de moins que de faire de chaque homme un vrai disciple, vivant dans la sainte obéissance à toute la volonté du Christ.

Et quel travail il y a à faire dans nos églises chrétiennes et nos soi-disant communautés chrétiennes avant que l'on puisse dire que le commandement a été exécuté! Combien toute l'Église et chaque croyant en elle ont besoin de se rendre compte que cette œuvre est le seul objet de son existence! Amener l'Évangile d'une manière pleine, persévérante et salvatrice à chaque créature est la mission et devrait être la passion de toute âme rachetée. Cela seul est l'Esprit, la ressemblance et la vie du Christ formés en vous.

Si l'Église a besoin de prêcher une chose dans la puissance du Saint-Esprit, c'est le devoir absolu et immédiat de chaque enfant de Dieu non seulement de prendre une part à cette œuvre qu'il jugera appropriée ou possible, mais de se donner au Christ. Le Maître doit être guidé et utilisé comme Il l'aurait fait. Et donc, je dis à tout lecteur qui a fait le vœu de pleine obéissance (osons-nous nous considérer comme de vrais chrétiens si nous ne l'avons pas fait ?)

De vous mettre immédiatement et entièrement à la disposition du Christ. Aussi contraignant que soit le premier grand commandement adressé à tout le peuple de Dieu : « Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force (Deutéronome 6 v. 5) », est aussi le dernier grand commandement : « Allez donc et faites de toutes les nations des disciples, en les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, en leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé (Matthieu 28 v. 19) ».

Avant que vous ne sachiez ce que votre œuvre peut être, avant de ressentir un désir ou un appel ou une capacité particulière pour quelque travail que ce soit - si vous êtes prêt à accepter la commande, mettez-vous à sa disposition. En tant que maître, il vous formera, vous équipera, vous guidera et vous utilisera. N'ayez pas peur; éloignez-vous maintenant et pour toujours de la pratique religieuse égoïste qui met votre propre volonté et votre réconfort en premier et ne donne au Christ que ce qui reste. Faites savoir au Maître qu'il peut vous avoir complètement. Offrez-vous immédiatement pour Son service.

Les simples mots : « C'est mon but et mon désir, si Dieu le permet, de devenir missionnaire étranger », ont apporté d'innombrables bénédictions dans des milliers de vies ! Cela a aidé les individus à se rendre par obéissance à la Grande Commission, et cela est devenu une étape importante dans leur vie. Seule l'éternité dira combien de vies dans ces autres pays ont été changées et bénies à la suite de l'obéissance d'une personne. Beaucoup de ceux qui ne peuvent jamais aller à l'étranger, ou qui pensent qu'ils ne le peuvent pas parce qu'ils n'ont pas demandé la volonté de leur Maître, pourraient être bénis s'ils voulaient simplement être traités par la grâce de Dieu de consacrer leur vie entièrement au service du royaume du Christ. L'abandon extérieur de la maison et des amis et le départ à l'étranger sont souvent d'une grande aide pour le volontaire en se séparant pour l'œuvre du Christ. Le volontaire qui travaille dans son pays natal peut être en mesure de continuer dans son appel et ne pas avoir besoin de la séparation externe pour le maintenir sur la bonne voie.

Vous qui êtes étudiants à l'école de l'obéissance, étudiez bien le dernier et le plus grand commandement. Acceptez-le de tout votre cœur et mettez-vous entièrement à sa disposition.

 

3. Commencez immédiatement à agir sur votre obéissance

Dans toutes les circonstances que vous vous trouvez, c'est votre privilège d'avoir à portée de main des âmes qui peuvent être gagnées pour Dieu. Et tout autour de vous, il existe de nombreuses formes d'activité chrétienne qui invitent à votre aide et vous offrent la leur. Considérez-vous comme racheté par le Christ pour son service, comme béni par son Esprit pour vous donner le tempérament même qui était en lui, et prenez humblement mais hardiment votre vie en vous appelant à aider dans la grande œuvre de reconquête du monde à Dieu. Que vous soyez conduit par Dieu à rejoindre certaines des nombreuses agences déjà à l'œuvre ou à marcher sur un chemin plus solitaire, rappelez-vous de ne pas considérer l'œuvre comme celle de votre église ou de votre société, ou même comme la vôtre - mais comme celle du Seigneur.

Chérissez la conscience de « faire cela au Seigneur », d'être un serviteur qui est sous les ordres et de simplement les exécuter. Alors votre travail ne s'interposera pas entre vous et votre communion avec Christ, comme c'est souvent le cas, mais il vous reliera inséparablement à lui, à sa force et à son approbation.

Il est facile de devenir si absorbé par l'intérêt humain qu’il y a dans notre travail que son caractère spirituel, la puissance surnaturelle qui lui est nécessaire, l'action directe de Dieu en nous et à travers nous - tout ce qui peut nous remplir de vraie joie et d' espérance - est évincé. Gardez votre roi sur son trône. Avant de donner l'ordre et de diriger ses serviteurs vers le grand champ du monde, il a d'abord attiré leurs yeux sur lui-même sur le trône. Tout pouvoir lui est donné au ciel et sur terre. C'est la vision, la foi du Christ sur le trône, qui nous rappelle le besoin et nous assure de la suffisance de sa puissance divine. N'obéissez pas à un ordre mais au Seigneur vivant de la Gloire. La foi en lui vous donnera la force céleste.

Ces paroles ont précédé le commandement de faire des disciples. Et puis il a suivi : « Je suis toujours avec vous (Matthieu 28 v. 20) ». Ce n'est pas seulement la vision glorieuse du Christ sur le trône dont nous avons besoin, mais Christ avec nous ici-bas dans sa présence permanente, travaillant pour nous et à travers nous. La puissance du Christ dans le ciel et sa présence sur terre - entre ces deux piliers se trouve la porte par laquelle l'église entre pour la conquête du monde. Suivons notre chef, recevons de lui nos ordres quant à notre part dans l'œuvre, et ne faiblissons jamais dans le vœu d'obéissance qui s'est donné pour vivre entièrement pour sa volonté et son œuvre seulement.

Un tel début sera un temps de formation, nous préparant pleinement à connaître et à suivre sa direction. Si son appel aux millions de perdus nous parvient, soyons prêts à partir. Si sa providence ne nous permet pas de partir, que notre dévotion à la maison soit aussi complète et intense que si nous étions partis. Que ce soit au pays ou à l'étranger, si seulement les rangs des obéissants sont remplis, Christ aura le désir de son cœur, et sa glorieuse mission - l' Évangile à toute créature - trouvera son accomplissement !

Béni Fils de Dieu ! Je suis ici. Par ta grâce, je donne ma vie à l'exécution de votre dernier grand commandement. Que mon cœur soit comme ton cœur. Que ma faiblesse soit comme ta force. En votre nom, je prends le vœu d'obéissance complète et durable. Amen.

 

 

 

 


 

light bulb  Lecture conseillée : « Une vie d'obéissance » par Andrew Murray

 

livre glossaire

« La seule chose qui décide du destin de l'homme, c'est l’obéissance ! » .

 

Dans une étude de mots bibliques ou une étude d'une vérité particulière de la vie chrétienne, il est toujours utile d'examiner la place qu'elle prend dans l'Écriture ou le contexte de la parole. Comme nous voyons où il est utilisé, à quelle fréquence il est utilisé et dans quel rapport il se trouve, son importance relative peut être comprise ainsi que sa pertinence pour toute la révélation de l'Écriture. Pour préparer la voie à l'étude de « l'obéissance » dans les Écritures, nous devons aller à la Parole de Dieu pour trouver la pensée de Dieu.

 

 

 

okTÉLÉCHARGER LE FICHIER PDF

 

 


 

 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


En partenariat avec Jerome Prékel du site : https://lesarment.com

INFORMATIONS
-----------

ACTUALITES CHRETIENNES