Suivez nous

bible ouvertefr

➽ Notre plateforme de messages audio/vidéo

➽ échanges, questions réponses ,  recherches

 

 

 

 

Méfiez-vous surtout de « limiter » Dieu, de faire de Lui un menteur en refusant de croire ce qu'Il a dit qu'Il peut et fera.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'école d'obéissance

« Rassemblez les fragments qui restent, pour que rien ne soit perdu  (Jean 6 v. 12) ».
Dans notre étude de l'obéissance, il y a eu certains points que je n'ai pas eu l'occasion de présenter et d'autres que je n'ai pas pu expliquer complètement. J'en parlerai maintenant dans un effort pour aider ceux qui sont à l'école d'obéissance du Christ.

 

1. Apprendre l'obéissance

Tout d'abord, permettez-moi de mettre en garde contre le malentendu de l'expression « apprendre l'obéissance ». Nous avons tendance à penser à l'obéissance absolue comme un principe, à savoir que l'obéissance jusqu'à la mort est une chose qui ne peut être apprise que progressivement à l'école du Christ. C'est une grave erreur. Ce que nous devons apprendre, et apprenons progressivement, c'est la pratique de l'obéissance, aux commandes nouvelles et de plus en plus difficiles.

Mais quant au principe, le Christ veut que, dès l'entrée même dans son école, nous vouions une obéissance totale. Un enfant de cinq ans peut être aussi implicitement obéissant qu'un jeune de dix-huit ans. La différence entre les deux ne réside pas dans le principe mais dans la nature du travail demandé. Bien qu'extérieurement, l'obéissance de Christ à la mort vint à la fin de sa vie, l'esprit de son obéissance était le même depuis le commencement.

L'obéissance sans réserve n'est pas la fin mais le début de notre vie scolaire. La fin, c'est l'aptitude au service de Dieu, lorsque l'obéissance nous a mis pleinement à la disposition de Dieu. Un cœur livré à Dieu dans une obéissance sans réserve est la seule condition du progrès dans l'école du Christ et de la croissance dans la connaissance spirituelle de la volonté de Dieu.

Réglez cette question une fois pour toutes. Souvenez- vous de la règle de Dieu: donnez-lui tout et il vous donnera tout. La consécration ne sert à rien si elle ne signifie se présenter comme un sacrifice vivant pour ne faire que la volonté de Dieu.

 

2. Apprendre à connaître la volonté de Dieu

Cette soumission sans réserve à obéir est la première condition d’entrer à l'école du Christ, et cela seul nous équipe pour recevoir des instructions sur la volonté de Dieu pour nous. Il existe une volonté générale de Dieu pour tous ses enfants, que nous pouvons, dans une certaine mesure, apprendre de la Bible. Mais il y a une application individuelle spéciale de ces commandements - la volonté de Dieu concernant chacun de nous personnellement - que seul le Saint- Esprit peut enseigner.

Et Il ne l'enseignera qu'à ceux qui ont fait le vœu d'obéissance. C'est la raison pour laquelle il y a tant de prières sans réponse concernant Dieu faisant connaître sa volonté. Jésus a dit : « Si quelqu'un veut faire sa volonté, il saura concernant la doctrine, si elle vient de Dieu  (Jean 7 v. 17) ». Si la volonté d'un homme est vraiment déterminée à faire la volonté de Dieu - si son cœur est abandonné pour le faire et par conséquent il le fait pour autant qu'il le sache - alors il saura ce que Dieu a encore à lui apprendre.

Cela est vrai de tout savant avec l'art qu'il étudie, de chaque apprenti avec son métier, de tout homme d'affaires - faire est la seule condition pour vraiment savoir. Donc, dans le domaine spirituel, l'obéissance - faire la volonté de Dieu pour autant que nous la connaissons et promettre de faire tout ce qu'il révèle - nous équipe pour recevoir la vraie connaissance de ce qu'est la volonté de Dieu pour chacun de nous.

En relation avec cela, trois choses sont essentielles :

a) Cherchez un sens profond de votre ignorance de la volonté de Dieu et de votre impuissance à la connaître par vos propres efforts. La conscience de l'ignorance est à la racine de la capacité à enseigner.  « Les doux guideront sur le chemin » - ceux qui confessent humblement leur besoin d'enseignement. La connaissance de la tête ne donne que des idées humaines sans pouvoir. Dieu par Son Esprit donne une connaissance vivante qui entre dans le cœur et fonctionne efficacement.

b) Cultivez une foi forte que Dieu vous fera connaître la sagesse dans le lieu secret de votre cœur. Peut-être en avez-vous si peu su dans votre vie chrétienne jusqu'à présent la pensée semble étrange. Apprenez que l'œuvre de Dieu, et le lieu où Il donne sa vie et sa lumière, est dans le cœur, plus profond que toutes nos pensées. Toute incertitude quant à la volonté de Dieu rend une obéissance joyeuse impossible. Croyez en toute confiance que le Père est prêt à faire savoir ce qu'il veut que vous fassiez. Comptez sur lui pour cela. Attendez- vous à cela avec certitude.

c) À cause des ténèbres et de la tromperie de la chair et de l'esprit charnel, demandez sincèrement à Dieu la lumière pénétrante et convaincante du Saint-Esprit. Il peut y avoir beaucoup de choses que vous pensez acceptables mais que votre Père veut que vous abandonniez. Considérer qu'il est établi que ces choses sont la volonté de Dieu parce que vous et les autres le pensez peut vous empêcher de connaître la volonté de Dieu pour vous en la matière. Sans réserve, portez tout au jugement de la Parole, expliquée et appliquée par le Saint-Esprit. Attendez que Dieu vous fasse savoir que tout ce que vous êtes et faites est agréable à Ses yeux.

 

3. Obéissance à la mort

Il y a un aspect plus profond et plus spirituel de cette vérité. En règle générale, c'est quelque chose qui n'apparaît pas dans les premières étapes de la vie chrétienne. Et pourtant, il est nécessaire que chaque croyant connaisse les privilèges qui l'attendent alors qu'il pratique progressivement l'obéissance. Il y a une expérience dans laquelle l'obéissance sans réserve amènera le croyant, où il saura que, aussi sûrement qu'avec son Seigneur, l'obéissance conduit à la mort.

Qu'est-ce que ça veut dire ? Pendant la vie de notre Seigneur, sa résistance au péché et au monde était parfaite et complète. Même ainsi, sa délivrance finale de leur tentation, sa victoire sur leur puissance et son obéissance n'étaient pas complètes jusqu'à ce qu'il soit mort à la vie terrestre et au péché. Dans cette mort, il a abandonné sa vie dans un abandon complet entre les mains du Père, attendant d'être ressuscité par lui. Par la mort, il a reçu la plénitude de sa nouvelle vie et de sa gloire. Et par la mort seule - l'abandon de la vie qu'il avait - pouvait l' obéissance le conduire dans la gloire de Dieu.

Le croyant partage avec Christ cette mort au péché. Dans la régénération, il y est baptisé par le Saint-Esprit. En raison de l'ignorance et de l'incrédulité, il peut connaître peu d'expérience de cette mort totale au péché. Lorsque le Saint-Esprit lui révèle ce qu'il possède en Christ et qu'il se l'approprie par la foi, l'Esprit opère en lui la même disposition qui a motivé le Christ dans sa mort. Avec Christ, c'était un arrêt complet de sa propre vie, un engagement impuissant de son esprit entre les mains du Père. Il a complètement accompli le commandement du Père: donnez votre vie. Du parfait oubli de soi de la tombe, il est entré dans la gloire du Père.

 

 

Pour voir le besoin de cette mort complète à soi-même et pour y être donné, nous devons être conduits dans le vide total et l'humilité de notre Seigneur Jésus; c'est la plus haute leçon de notre école d'obéissance. C'est en effet une obéissance chrétienne à la mort. L'espace ne me permet pas de m'étendre là-dessus. En temps voulu, Dieu lui-même enseignera cette leçon à ceux qui sont entièrement fidèles.

 

4. La voix de la conscience

En ce qui concerne la connaissance de la volonté de Dieu, il faut donner sa place à la conscience et se soumettre à son autorité. En mille petites choses, la loi de la nature ou de l'éducation nous enseigne ce qui est juste et bon, mais même les chrétiens sincères ne se sentent pas toujours obligés d'obéir. Si vous êtes infidèle en ce qui est le moins, qui vous confiera de plus grandes choses ? Pas Dieu.

Si la voix de la conscience vous indique une ligne de conduite qui est plus noble ou meilleure, et que vous choisissez autre chose parce que c'est plus facile ou agréable à vous - même , vous vous équipez mal pour l'enseignement de l'Esprit en désobéissant à la voix de Dieu. Une forte volonté de toujours faire le bien et de faire le mieux que la conscience dicte est une volonté de faire la volonté de Dieu. Paul écrit : « Je dis la vérité en Christ, je ne mens pas, ma conscience me rend aussi témoignage dans le Saint-Esprit  (Romains 9 v. 1) ».

Le Saint-Esprit parle par la conscience. Si vous désobéissez et violez votre conscience, vous empêchez Dieu de vous parler. L'obéissance à la volonté de Dieu se manifeste par une sensibilité et un respect de la voix de la conscience. Cela est vrai pour manger et boire, dormir et se reposer, dépenser de l'argent et chercher du plaisir. Que tout soit soumis à la volonté de Dieu.

Si vous voulez vivre la vie de véritable obéissance, veillez à maintenir une bonne conscience devant Dieu et à ne jamais vous livrer sciemment à quoi que ce soit qui soit contraire à Son esprit. Parallèlement à son amour de la Parole de Dieu, George Muller a attribué tout son bonheur pendant soixante-dix ans au fait qu'il avait maintenu une bonne conscience en toutes choses, ne poursuivant pas un cours qu'il savait contraire à la volonté de Dieu.

La conscience est le gardien ou le moniteur que Dieu vous a donné pour avertir quand quelque chose ne va pas. Aux limites de la lumière que vous avez, faites attention à la conscience. Demandez à Dieu, par l'enseignement de sa volonté, de donner plus de lumière. Cherchez le témoignage de la conscience pour savoir si vous obéissez à cette lumière. La conscience deviendra votre encouragement et votre aide, et vous donnera l'assurance que votre obéissance est acceptée et que votre prière pour une connaissance toujours croissante de la volonté de Dieu est entendue.

 

5. Obéissance légale et évangélique

Même lorsque le vœu d'obéissance sans réserve a été prononcé, il peut y avoir encore deux sortes d'obéissance: celle de la loi et celle de l'Évangile. Tout comme il y a deux testaments, un ancien et un nouveau, il existe deux styles ou manières de servir Dieu.

C'est ce dont Paul parle dans Romains quand il dit : « Car le péché ne dominera pas sur vous, car vous n'êtes pas sous la loi mais sous la grâce  (6 v. 14) », et parle en outre de notre libération : « Mais maintenant, nous avons été délivrés de la loi, étant morts à ce qui nous tenait, afin que nous devions servir dans la nouveauté de l'Esprit et non dans l'ancienneté de la lettre  (7 v. 6) ».

Encore une fois, il nous rappelle : « Car vous n'avez pas reçu à nouveau l'esprit de servitude à craindre, mais vous avez reçu l'Esprit d'adoption par lequel nous crions : Abba, Père  (8 v. 15) ». Le triple contraste met en évidence le danger existant parmi les chrétiens de continuer à agir comme s'ils étaient sous la loi, de servir dans l'ancienneté de la lettre et dans l'esprit de servitude.

Une grande cause de la superficialité de tant de vie chrétienne est qu'elle est plus sous la loi que sous la grâce. Quelle est la différence ? Ce que la loi exige de nous, la grâce le promet et l'accomplit pour nous. La loi traite de ce que nous devons faire - que nous en soyons capables ou non - et en invoquant des motifs de peur et d'amour nous pousse à faire de notre mieux. Mais la loi ne donne aucune force supplémentaire et ne conduit donc qu'à l'échec et à la condamnation. Grace montre ce que nous ne pouvons pas faire, mais propose de le faire pour nous et en nous. La loi vient avec des commandes sur pierre ou dans un livre; la grâce vient dans une personne gracieuse et vivante, qui nous donne sa présence et sa puissance. La loi promet la vie si nous obéissons. La grâce donne la vie, même le Saint-Esprit, avec l'assurance que nous pouvons obéir.

La nature humaine est toujours encline à retomber hors de la grâce dans la loi et à faire secrètement confiance en essayant et en faisant tout son possible. Les promesses de grâce sont divines; le don du Saint-Esprit de tout faire en nous est si merveilleux que peu le croient. C'est la raison pour laquelle ils n'osent jamais faire le vœu d'obéissance, ou, l'ayant fait, ils rebroussent chemin.

Étudiez bien ce qu'est l'obéissance à l'Évangile. L'Évangile est une bonne nouvelle. Son obéissance fait partie de cette bonne nouvelle - cette grâce, par le Saint- Esprit, fera tout en vous. Crois ça. Obéissez à la joyeuse espérance qui vient de la foi - une foi en l'abondance extrême de la grâce, en la puissante demeure du Saint- Esprit, en l'amour béni de Jésus, dont la présence permanente rend l'obéissance non seulement possible mais certaine.

 

6. L'obéissance à l'amour

C'est l'un des aspects spéciaux et les plus beaux de l'obéissance à l'Évangile. La grâce qui promet de travailler tout au long du Saint-Esprit est le don de l'amour éternel. Le Seigneur Jésus (qui prend en charge notre obéissance, l'enseigne et par sa présence nous l'assure) est celui qui nous a aimés jusqu'à la mort, qui nous aime d'un amour qui dépasse la connaissance. Rien ne peut recevoir ou connaître l'amour mais un cœur aimant. Ce cœur aimant nous permet d'obéir. L'obéissance est notre réponse aimante à l'amour divin qui repose sur nous, et c'est notre seul accès à une jouissance plus complète de cet amour.

Comme notre Seigneur a insisté là-dessus dans son discours d'adieu! Il le répète trois fois dans Jean 14 : « Si vous m'aimez, gardez mes commandements  (v. 15) » : « Celui qui a mes commandements et les garde, c'est lui qui m'aime. Et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, et je l'aimerai et je me manifesterai à lui  (v.21) » : « Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole  (v. 23) ».

N'est-il pas clair que l'amour seul peut produire l'obéissance que Jésus demande et ajouter la bénédiction qui vient de l'obéissance ? La promesse est que si nous l'aimons et gardons sa Parole, le Père et le Fils nous aimeront et feront leur demeure avec nous - toutes ces choses nous sont rendues possibles par une obéissance aimante.

Dans le chapitre suivant, il montre de l'autre côté comment l'obéissance conduit à la jouissance de l'amour de Dieu. Il a gardé les commandements de son Père et demeure dans son amour. Si nous gardons ses commandements, nous demeurerons dans son amour. Il a prouvé son amour en donnant sa vie pour nous. Nous sommes ses amis. Nous jouirons de son amour si nous faisons ce qu'il nous commande. Entre son premier amour et notre amour en réponse à cela, entre notre amour et son amour plus plein en réponse au nôtre, l'obéissance est le seul lien indispensable. L'obéissance vraie et complète est impossible, sauf si nous vivons dans l'amour. C'est l'amour de Dieu, que nous gardions ses commandements.

Méfiez-vous d'une obéissance légale : Aspirer à une vie de vraie obéissance sous le sens du devoir. Demandez à Dieu de vous montrer la « nouveauté de la vie » qui est nécessaire pour une obéissance nouvelle et complète. Réclamez la promesse : « L'Eternel, votre Dieu, circoncira votre cœur et le cœur de vos descendants, pour aimer l'Eternel, votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme, afin que vous viviez  (Deutéronome 30 v. 6) ».

Croyez en l'amour de Dieu et en la grâce de notre Seigneur Jésus. Croyez en l'Esprit qui est en vous, vous permettant d'aimer et vous faisant ainsi marcher selon les statuts de Dieu. Dans la force de cette foi, et dans l'assurance d'une grâce suffisante, qui se perfectionne dans la faiblesse, entrez dans l'amour de Dieu et dans la vie d'obéissance vivante qu'il permet. Rien que la présence continuelle de Jésus dans son amour ne peut vous préparer à une obéissance continue .

 

7. L'obéissance est-elle possible ?

Cette question est à la racine même de notre vie. La pensée secrète, à moitié inconsciente, que vivre toujours bien à Dieu est hors de notre portée ronge la racine même de notre force. Je vous exhorte vivement à donner une réponse définitive à la question.

Craignez-vous toujours que l'obéissance ne soit pas possible - même à la lumière de la disposition de Dieu pour l'obéissance, de sa promesse de réaliser son bon plaisir en vous et de vous donner un cœur nouveau avec l'habitation de son Fils et de son Esprit ? Puis demande à Dieu d'ouvrir vos yeux pour connaître vraiment sa volonté.

Si vous êtes convaincu dans votre esprit et êtes d'accord avec cette vérité théoriquement, mais que vous avez toujours peur de vous abandonner à une telle vie, demandez à Dieu de vous ouvrir les yeux et de vous permettre de connaître sa volonté pour vous.

Prenez garde que la peur secrète de devoir trop abandonner, de devenir trop exclusif et entièrement dévoué à Dieu ne vous retienne. Méfiez-vous de chercher juste assez d'obéissance pour soulager votre conscience, et par conséquent perdre le désir de faire et d'être et de donner à Dieu tout ce dont il est digne.

Méfiez-vous surtout de « limiter » Dieu, de faire de Lui un menteur en refusant de croire ce qu'Il a dit qu'Il peut et fera. Si notre étude doit vous être profitable du tout, ne vous reposez pas tant que vous n'avez pas vraiment appris que l'obéissance quotidienne à tout ce que Dieu veut pour vous est possible. Dans sa force, abandonnez- vous à lui pour cela.

Mais à une condition: pas dans la force de votre détermination ou de vos efforts. Cédez plutôt à la présence permanente du Christ et à l'enseignement continu de l'Esprit de toute grâce et puissance. Le Christ, l'obéissant, vivant en vous, assurera votre pleine obéissance. Cette obéissance sera pour vous une vie d'amour et de joie dans sa communion.

 

 

 

 


 

light bulb  Lecture conseillée : « Une vie d'obéissance » par Andrew Murray

 

livre glossaire

« La seule chose qui décide du destin de l'homme, c'est l’obéissance ! » .

 

Dans une étude de mots bibliques ou une étude d'une vérité particulière de la vie chrétienne, il est toujours utile d'examiner la place qu'elle prend dans l'Écriture ou le contexte de la parole. Comme nous voyons où il est utilisé, à quelle fréquence il est utilisé et dans quel rapport il se trouve, son importance relative peut être comprise ainsi que sa pertinence pour toute la révélation de l'Écriture. Pour préparer la voie à l'étude de « l'obéissance » dans les Écritures, nous devons aller à la Parole de Dieu pour trouver la pensée de Dieu.

 

 

 

okTÉLÉCHARGER LE FICHIER PDF

 

 


 

 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


En partenariat avec Jerome Prékel du site : https://lesarment.com

INFORMATIONS
-----------

ACTUALITES CHRETIENNES