Édification Chrétienne

Les podcasts de bible-Foi

 

 

 

 

 

 

Comme Christ. Dans sa résurrection (23). Conforme à lui dans sa mort (24).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans sa résurrection (23).

« Car si nous avons été faits une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous aussi marchions dans une vie nouvelle (Romains 6. 5 : 4). »

Après avoir été conformes à Christ en sa mort, nous devons nécessairement l'être aussi dans sa résurrection. Ne parler que de notre participation à sa mort, que de porter la croix, que de renoncer à nous-mêmes, c'est ne présenter qu'un seul côté de notre union avec Christ. Sa puissance de résurrection nous fait passer de notre conformité à sa mort à une vie nouvelle.

Notre mort avec Christ met fin à notre ancienne vie de péché et d'assujettissement au monde que nous abandonnons ; notre résurrection avec Christ commence en nous une vie nouvelle par laquelle le Saint-Esprit expulse l'ancienne. Le chrétien qui désire sérieusement marcher comme Christ, doit bien savoir qu'il est semblable à Christ dans sa résurrection. Voyons si ce n'est pas là ce qui va répondre à cette question : Où trouver la force de vivre dans le monde comme Christ y a vécu ?

Nous avons déjà vu que la vie de notre Seigneur, avant sa mort, était une vie de faiblesse. Comme notre représentant, le péché avait une grande puissance sur lui. Il en avait aussi sur ses disciples, en sorte que leur Maître ne pouvait pas leur donner le Saint-Esprit, ni faire pour eux tout ce qu'il désirait. Mais à sa résurrection, tout change. Ressuscité par la toute-puissance de Dieu, il possède par sa vie de résurrection la puissance divine ; et s'il a vaincu la mort et le péché, c'est non seulement pour lui-même, mais aussi pour ses disciples, auxquels il peut aussitôt faire part de son Esprit, de sa joie et de sa puissance.

Lorsqu'à présent le Seigneur Jésus nous fait part de sa vie, ce n'est pas de la vie qu'il avait avant sa mort, mais c'est de la vie de résurrection qu'il s'est acquise par sa mort. C'est une vie qui n'a plus affaire avec le péché, mais qui l'a déjà banni, une vie qui a déjà vaincu l'enfer et le diable, le monde et la chair, une vie de puissance divine dans la nature humaine. Voici la vie qui résulte pour nous de notre conformité à sa résurrection : « En vivant, il vit pour Dieu. Vous aussi, considérez-vous comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur (Romains 6 : 11) ». Oh ! Que Dieu veuille nous révéler par son Saint-Esprit toute la puissance de vie qui résulte de notre conformité à la résurrection de Christ ! C'est cette vie-là qui rend capable de marcher comme Christ.

 

Ceci reste un mystère pour la plupart des chrétiens et c'est pour cela que leur vie est une vie de faiblesse, de défaites et de péché. Ils croient à la résurrection de Christ comme preuve de leur justification. Ils pensent qu'il devait ressusciter pour continuer au ciel son œuvre de Médiateur, mais quant à savoir qu'il est ressuscité afin que la vie glorieuse de sa résurrection devînt dès à présent la force même de leur vie de chaque jour, ils n'en ont aucune idée.

 

De là leur découragement quand il leur est dit qu'ils doivent suivre Jésus en étant parfaitement « conformes à son image (Romains 8 : 29) ». Ils ne peuvent pas comprendre qu'il soit demandé d'un pécheur qu'en toutes choses il agisse comme Christ l'eût fait. Ils ne connaissent pas Christ dans la puissance de sa résurrection, ils ne savent pas avec quelle force, quelle puissance sa vie agit en ceux qui veulent « regarder toutes choses comme une perte à cause de Christ (Philippiens 3 : 8 ; Éphésiens 1. 19 : 20) ».

 

Venez, vous tous qui êtes lassés d'une vie différente de celle de Jésus, et qui désirez marcher sur ses traces, vous qui commencez à voir dans l'Écriture qu'il y a pour vous une vie meilleure que vous ne l'aviez su jusqu'à présent ; venez, laissez-moi essayer de vous montrer quels trésors sont à vous par votre « conformité à sa résurrection ». Laissez-moi vous adresser trois questions.

 

 

D'abord : Êtes-vous prêts à soumettre votre vie à la règle de Jésus et de sa vie de résurrection ? Je ne doute pas que l'exemple de Jésus ne vous ait convaincus de péché sur plus d'un point. Chaque fois que vous avez cherché votre propre volonté et votre propre gloire au lieu de celles de Dieu, cédant à l'ambition, à l'orgueil, à l'égoïsme. Manquant d'amour pour votre prochain, vous avez pu voir combien vous êtes loin de l'obéissance, de l'humilité et de l'amour de Jésus, et maintenant il s'agit de savoir si, en face de toutes ces choses que vous reconnaissez être des péchés, vous voulez dire : « Puisque Jésus veut prendre possession de ma vie, je renonce à tout droit, à tout désir de jamais faire en rien ma propre volonté ; je lui abandonne ma vie, avec tout ce que j'ai, et je suis entièrement à lui pour faire toujours ce qu'il me commandera par sa Parole et par son Esprit. S'il veut vivre en moi et régner en moi ? Je lui promets obéissance sincère et illimitée ».

Pour faire acte d'abnégation si complète, il faut de la foi ; c'est pourquoi je vous adresse cette seconde question : Êtes-vous prêts à croire que Jésus veut prendre possession de vous, veut prendre soin de la vie que vous lui confiez ? Quand le croyant confie entièrement à Christ sa vie spirituelle et temporelle, il apprend à bien comprendre ces mots de Paul : « Je suis mort ; je ne vis plus ; Christ vit en moi (Galates 2. 19 : 20) ».

C'est quand je suis mort avec Christ et ressuscité avec lui, que le Christ vivant prend possession de ma nouvelle vie et la gouverne par sa vie de résurrection. Cette vie de résurrection ne m'est pas offerte et donnée à condition que je me charge de la continuer moi-même. Non, c'est justement là ce que je ne puis pas faire, mais Dieu soit béni !

Jésus-Christ lui-même, est la résurrection et la vie, il est la vie de résurrection. Lui-même pourvoira de jour en jour et d’heure en heure à ce que je vive comme étant ressuscité avec lui. Il le fera par le moyen du Saint-Esprit qui est l'esprit même de sa vie de ressuscité. Le Saint-Esprit nous sera envoyé et, si nous nous confions en Jésus, cet Esprit divin maintiendra en nous d'instant en instant la présence et la puissance du Seigneur ressuscité.

Ne craignons donc pas qu'il nous soit impossible de vivre de la vie sainte qui convient à des croyants appelés « les temples du Dieu vivant (2 Corinthiens 6 : 16) ». Nous en sommes à la vérité incapables par nous-mêmes ; aussi n'est-ce pas de nous et de nos propres forces que Dieu l'attend, mais le Christ vivant qui est « la résurrection et la vie » a triomphé de tous nos ennemis ; lui-même réalisera cette vie nouvelle en nous et nous enverra le Saint-Esprit pour être notre force. Avec sa divine fidélité, il accomplira son œuvre en nous, pourvu que nous ayons confiance en lui. Christ lui-même est notre vie.

Et voici ma troisième question : Êtes-vous prêts à user de cette vie de résurrection comme Jésus, pour devenir par elle un moyen de bénédiction envers ceux qui se perdent ? Tous nos désirs pour obtenir cette vie de résurrection échoueront, si nous cherchons seulement par là notre propre perfection et notre propre bonheur.

Dieu a ressuscité Jésus pour donner par lui la repentance et la rémission des péchés ; il vit pour intercéder pour les pécheurs. C'est pour faire de même que vous devez chercher à recevoir la vie de résurrection. Consacrez-vous à travailler et à prier pour ceux qui périssent ; alors vous serez un vaisseau propre à la recevoir, un instrument dont elle pourra se servir pour accomplir son œuvre sainte.

 

Mon frère ! Tu es appelé à vivre comme Christ : Pour cela tu as déjà été fait un avec lui par la conformité à sa résurrection. À présent, il s'agit de savoir si tu veux, toi, faire l'expérience de cette vie de résurrection, si tu veux abandonner à Jésus toute ta vie pour qu'il manifeste lui-même en toi sa puissance de résurrection. Oh ! N'hésite pas à le faire ! Donne-toi à lui sans réserve : Donne-toi avec toute ta faiblesse, toute ton infidélité. Crois seulement que, comme la résurrection de Jésus fut un miracle au-delà de toute attente et de toute prévision, lui, le Ressuscité, fera en toi aussi, infiniment au-delà de tout ce que tu peux penser ou désirer.

Quelle différence dans la vie des disciples depuis la résurrection de Jésus ! Avant sa mort, tout en eux n'était que faiblesse, crainte, égoïsme et péché. Après sa résurrection, tout devient puissance, joie, vie, amour et gloire. C'est le même renouvellement qui transforme le croyant quand, après n'avoir vu d'abord dans la résurrection de Jésus que la source de sa justification, il découvre que le Ressuscité veut être lui-même sa vie, prendre la responsabilité de toute sa vie.


O mon frère, toi qui n'en as pas encore fait l'expérience, toi qui es troublé et fatigué parce que tu te sais appelé à marcher comme Christ, et que tu ne le peux pas, viens et goûte le bonheur de remettre toute ta vie à ton Sauveur glorifié, avec l'assurance qu'il s'en chargera à ta place.

 

Prière.

O Seigneur ! Mon âme t'adore, toi, le Prince de la vie ! Sur la croix tu as vaincu chacun de mes ennemis, le diable, la chair, le monde et le péché. En vainqueur, tu es ressuscité pour manifester et pour maintenir la puissance de ta vie de résurrection chez tes disciples. Tu les as faits « une même plante avec toi par la conformité à ta résurrection », et à présent tu ; veux vivre en eux et manifester dans leur vie terrestre la puissance de ta vie divine.

Gloire à ton nom pour cette grâce infinie ! Seigneur, je viens, à ton appel, te donner, t'abandonner ma vie avec tout ce qui en dépend. Trop longtemps, je me suis efforcé de vivre comme toi sans y réussir. Plus je cherchais à marcher comme toi, plus ma déception était grande. À présent, j'ai appris de tes disciples tout le bonheur qu'on éprouve à rejeter sur toi le soin et la responsabilité de sa vie. Seigneur, je suis ressuscité avec toi, un avec toi, semblable à toi dans ta résurrection. Seigneur, viens, charge-toi entièrement de moi et sois ma vie.

Surtout, je te prie, ô mon Sauveur ressuscité de te révéler à moi dans la puissance de ta résurrection, comme tu l'as fait pour tes premiers disciples. Ce n'était pas assez d'apparaître à tes disciples après ta résurrection. Ils ne te reconnurent que lorsque tu te fis connaître à eux. Seigneur Jésus, je crois en toi. Daigne te faire connaître à moi comme ma Vie.

Toi seul, tu peux le faire. J'ai la confiance que tu le feras, et alors ma vie de résurrection sera comme la tienne, une source intarissable de lumière et de bénédiction pour tous ceux qui ont besoin de toi. Amen.

 

 

 

 

Conforme à lui dans sa mort (24).

« Afin que je connaisse Christ et l'efficace de sa résurrection et la communion de ses souffrances, me rendant conforme à lui dans sa mort (Philippiens 3 : 10). »

Nous savons que la mort de Christ fut la mort de la croix. Nous savons aussi que cette mort de la croix est sa principale gloire. Sans cette mort il ne serait pas le Christ. Ce qui fait de lui un être à part, soit dans le ciel, soit ici-bas et dans tout l'univers, c'est qu'il est le Fils de Dieu crucifié. Aussi de tous les points de notre conformité avec lui, le principal et le plus glorieux sera nécessairement notre « conformité à sa mort ».

C'est là ce qui avait tant d'attrait pour Paul. Ce qui a fait la gloire de Christ doit faire la sienne aussi : Il sait que pour ressembler à Christ il faut lui être conforme dans sa mort. Ce que cette mort a été pour Christ, elle le sera pour lui et d'autant plus qu'il lui deviendra plus conforme.

Par sa mort sur la croix Christ en a fini avec le péché. Pendant sa vie le péché avait pu le tenter, mais sur la croix il est mort au péché ; le péché ne lui peut plus rien. Notre conformité avec Christ dans sa mort est la force qui nous défendra, nous aussi, contre le péché. Tant que le Saint-Esprit me maintient dans ma position de crucifié avec Christ, tant que Jésus me fait vivre de sa vie, je suis préservé du péché. La mort de Christ sur la croix fut pour le Père « une oblation et une victime d'agréable odeur (Éphésiens 5 : 2) ». Oh ! Si je veux jouir de la faveur et de l'amour du Père et lui être agréable, je suis certain que rien ne me les assure mieux que ma conformité à la mort de Christ.

Rien dans l'univers n'est aux yeux du Père aussi saint, aussi beau, aussi admirable et divin que Jésus crucifié ; et plus je me rapproche de Jésus, par ma conformité à sa mort, plus aussi je trouve accès au cœur de mon Dieu. La mort sur la croix ouvrait à Christ la vie de la résurrection, la vie immuable et éternelle. Dans notre vie spirituelle, nous avons souvent à déplorer des interruptions, des chutes, des lacunes bien propres à nous faire voir qu'il nous manque encore quelque chose pour jouir de toute la puissance de cette vie de résurrection.

Soyons sûrs dans ce cas que notre ancienne nature a conservé quelque débris de vie propre, qui n'a pas encore fait partie de notre conformité à la mort de Christ, et qu'il ne nous manque plus que de partager plus entièrement encore sa mort sur la croix, pour participer pleinement aussi à la joie de sa résurrection.

C'est avant tout la mort de Christ sur la croix qui a fait de lui puissance de vie pour le monde, bénédiction et salut pour tous (Jean 12. 24 : 25). Notre conformité à la mort de Christ met fin, à notre égoïsme : Nous nous donnons alors aux autres, nous sommes prêts à vivre, à mourir pour les autres, nous avons pleine confiance aussi que le Père accepte notre renoncement et notre dévouement à souffrir du péché des autres ; et de cette mort-là, nous ressuscitons avec la force d'aimer et de faire du bien.

 

Qu'est-elle donc cette conformité à la mort de la croix si riche de bénédictions ? En quoi consiste-t-elle ? Nous le voyons par Jésus. La croix signifie l'abnégation complète de soi. La croix est la mort du moi, c'est l'abandon complet de notre propre volonté et de notre vie à la volonté de Dieu, lui laissant faire de nous ce qu'il voudra. Voilà ce que signifiait la croix pour Jésus. Ce ne fut qu'après un terrible combat qu'il put s'y résigner. Quand son âme était angoissée et saisie de tristesse jusqu'à la mort, c'était parce que tout son être reculait d'effroi devant cette croix et sa malédiction. Trois fois il dut prier son Père avant de pouvoir dire : « Non pas comme je veux, mais comme tu veux ».

 

Il le dit pourtant et sa soumission à la croix revient à ceci : Tout plutôt que de mettre obstacle à la volonté de Dieu. J'abandonne tout, pour que la volonté de Dieu soit faite. Voilà comment nous devenons conformes à Christ en sa mort : C'est en nous donnant à Dieu, nous et notre vie, avec toute notre force de volonté et d'action, c'est en apprenant à ne rien être, à ne rien faire que ce que Dieu nous révèle être sa volonté. Cette vie-là s'appelle « conformité à la mort de Christ », non seulement parce qu'elle ressemble quelque peu à la sienne, mais parce que c'est lui qui par son Saint-Esprit répète en nous la vie qui l'animait lors de sa crucifixion, sinon la seule pensée de cette conformité serait voisine du blasphème.

 

Mais non, il n'y a pas ici de blasphème. Le croyant éclairé par le Saint-Esprit sait que la vie de résurrection n'a de force et de gloire que parce qu'elle est une vie de renoncement qui commence sur la croix. Il se livre à cette vie-là, sachant bien qu'il n'a pas lui-même la force de rien faire de bon ni de saint. Il sait que la puissance de la chair domine et souille tout en lui ; il voue donc à la condamnation et à la croix toutes les forces de son être, tout ce dont il dispose en lui, et par là il met à la disposition de Jésus toutes les forces, toutes les facultés de son corps, de son âme et de son esprit. Défiance du moi en toutes choses, confiance en Jésus pour toutes choses. L'esprit de la croix respire dans tout son être.

 

 

Et ainsi pour celui qui connaît Christ dans la puissance de sa résurrection, il n'y a pas d'effort pénible à se maintenir dans cette conformité avec Christ sur la croix. C'est bien plutôt pour lui repos, force et victoire, car il n'a pas affaire avec une croix morte, ni rien qui résulte de ses propres forces, mais avec Jésus qui est vivant, pour qui la crucifixion est un fait accompli, et qui a passé de là à la vie de la résurrection : « Je suis crucifié avec Christ. Christ vit en moi (Galates 2 : 20) ». Voilà ce qui donne le courage de vouloir être toujours plus conforme à Christ en sa mort.

Comment parvenir à cette heureuse conformité ? Voici ce que Paul nous répond : « Ces choses qui m’étaient un gain je les ai regardées comme une perte à cause de Christ. Bien plus, je regarde toutes choses comme une perte en comparaison de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ, mon Seigneur... afin que je connaisse Christ... devenant conforme à lui dans sa mort (Philippiens 3. 7 : 11) ». Cette perte-là est de grand prix, mais n'est-elle pas bien digne d'être achetée ? Donnons, abandonnons tout, oui, tout, pour être admis avec Jésus sur la croix.

Et s'il nous paraît dur de tout donner pour n'avoir d'autre récompense qu'une vie sur la croix, écoutons encore Paul nous dire pourquoi il a si volontiers tout abandonné pour choisir la croix. C'était pour « Jésus-Christ, mon Seigneur ». La croix était la place où il pouvait le mieux s'unir à son Seigneur. Connaître Christ, gagner Christ, être trouvé en lui, être fait semblable à lui, voilà le désir brûlant qui lui rendait facile de renoncer à tout, et qui l'attirait si fortement vers la croix.

À tout prix se rapprocher de Jésus. Tout pour Jésus ! Voilà sa devise. Voilà ce qui répond à cette question : Comment devenir conforme à Christ en sa mort ? C'est d'un côté : Tout abandonné ; c'est de l'autre : Laisser entrer Jésus, tout pour Jésus.

Oui, ce n'est que « la connaissance de Jésus » qui rend possible de lui devenir conforme en sa mort ; mais que l'âme « gagne Christ » ; qu'elle soit trouvée en lui, qu'elle « le connaisse et reçoive l'efficace de sa résurrection », aussitôt il y a pour elle non seulement possibilité, mais réel bonheur à le faire. C'est pourquoi, cher disciple de Jésus, regarde à lui, à lui le Crucifié.

Contemple-le jusqu'à ce que ton âme apprenne à dire : « O Seigneur, je veux être comme toi ». Contemple-le jusqu'à ce que tu le voies lui, le Crucifié, s'approcher de toi, dans sa toute-puissance pour te faire vivre de sa vie de crucifixion. C'est par la puissance de l'Esprit éternel qu'il s'est offert à Dieu, et c'est ce même Esprit qui t'apportera, qui te donnera pour en faire ta vie tout ce que comprend cette mort sur la croix, tout ce qu'elle a accompli pour toi. Par cet Esprit saint, Jésus lui-même maintient en toute âme qui se confie en lui, la puissance de la croix, c'est-à-dire la mort au péché, le renoncement à soi-même, en même temps que la source intarissable de la vie et de la puissance de la résurrection. C'est pourquoi regarde à lui, le Crucifié, qui est vivant.

Souviens-toi pourtant que, bien que tu doives t'efforcer d'obtenir cette grâce, elle ne te sera pas accordée comme fruit de tes efforts, mais comme un don gratuit qui vient d'En haut. On ne devient conforme à Jésus dans sa mort qu'autant qu'il daigne se révéler lui-même. Cherche donc à recevoir cette grâce de lui directement.

 

Prière.

O Seigneur, tout ceci est trop élevé pour moi. Je ne puis atteindre si haut. Te connaître dans la puissance de ta résurrection, être rendu conforme à toi dans ta mort : Ce sont de « ces choses que tu as cachées aux sages et aux intelligents et que tu as révélées aux enfants », à ces âmes d'élite auxquelles seulement « il est donné de connaître les mystères du royaume des cieux » (Matthieu 13 : 11) ».

Seigneur, plus que jamais je vois quelle folie il y aurait à croire que je puis devenir conforme à toi par mes propres efforts. Je m'abandonne donc à ta miséricorde. Regarde-moi selon les richesses de ton amour, et révèle-toi à moi par une grâce de ta libre faveur. Puisque tu condescends du haut de ta demeure céleste à t'abaisser ainsi jusqu'à moi, à me recevoir dans une pleine conformité à ta vie et à ta mort ; ô Seigneur, je vivrai et je mourrai pour toi et pour les âmes que tu es venu sauver par ta mort.

O mon Sauveur, je sais que tu veux me l'accorder. Ton amour pour chacun de tes rachetés est infini. Enseigne-moi, amène-moi à tout abandonner pour toi, et prends à jamais, possession de moi pour ton service. Oui, je te prie, que ma vie s'emploie à sauver ceux qui périssent et qu'ainsi je devienne en quelque mesure conforme à toi dans ta mort. Amen

 

 

Livre : « Comme Christ » (jours 23, 24).
Vous pouvez télécharger le livre en fichier PDF et EPUB ici !

 


 © Diffusion gratuite uniquement en indiquant la source : http://456-bible.123-bible.com.


 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


0.png0.png1.png8.png7.png0.png8.png3.png0.png
AUJOURD'HUI4
HIER223
CETTE SEMAINE904
CE MOIS5835
TOTAL cumulé avec bible-foi.org - depuis 20101870830

Visiteurs en ligne

2
En ligne

26 février 2021
Web Traffic