Édification Chrétienne

Les podcasts de bible-Foi

 

 

 

 

 

Oui, c’est possible de connaître les doctrines sur le St-Esprit et de ne pas Le connaître pour autant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si je vous posais la question suivante : Avez-vous reçu le Saint-Esprit ? Que me répondriez-vous ?... Dans l’église de Times Square Church, nous chantons un cantique très entraînant dont voici la traduction : Seigneur envoie-le, Seigneur envoie-le. Seigneur fais descendre ton Saint-Esprit. Nous chantons d’autres chants similaires qui demandent au Saint-Esprit de descendre. Mais la vérité est la suivante : Le Saint-Esprit est déjà présent. Il est descendu lors de la Pentecôte et Il n’est jamais reparti ! Jésus a promis : « Et moi, je prierai le Père, et Il vous donnera un autre consolateur, afin qu'Il demeure éternellement avec vous. L'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne Le voit point et ne Le connaît point ; mais vous, vous Le connaissez, car Il demeure avec vous, et Il sera en vous (Jean 14. 16 : 17) ».

Considérez quelques instants la phrase suivante prononcée par Jésus : « Mais vous Le connaissez ». Récemment, alors que j’étudiais ce passage pour préparer mon message, cette phrase est restée dans mon esprit. J’ai réalisé que je ne connais pas beaucoup le Saint Esprit. L’Eglise parle souvent du Saint-Esprit. Nous parlons de la doctrine du Saint-Esprit, comment être remplis de l’Esprit, marcher et vivre dans l’Esprit, recevoir ses dons et son réconfort. Oui, c’est possible de connaître toutes ces doctrines et de ne pas Le connaître pour autant. Si je vous posais la question suivante : « Avez-vous reçu le Saint-Esprit ? Que me répondriez-vous ? ».

 

Certains diraient : « Oui, j’ai reçu le Saint-Esprit quand Jésus m’a sauvé. C’est le Saint-Esprit qui m’a conduit à Lui ». D’autres déclareraient : « Oui, j’ai reçu le Saint-Esprit car j’ai parlé en langues quand je l’ai reçu. Je prie dans l’Esprit et les langues sont l’évidence que je l’ai reçu ». Cependant, recevoir le Saint-Esprit est bien plus qu’une expérience ponctuelle. Le mot « recevoir » signifie « s’approprier ce qui est donné ».

 

 

Paul demanda aux Galates : « Comment avez-vous reçu le Saint-Esprit ? L’avez-vous reçu par la foi ». Puis il déclara : « Vous affirmez que vous connaissez le Saint-Esprit par la foi. L’œuvre du Saint-Esprit s’effectue-t-elle continuellement en vous par la foi ? Exercez-vous votre foi pour aller plus loin dans l’Esprit ? ».

 

 

Voici une chose surprenante.

Dieu nous a donné le fabuleux don du Saint-Esprit qui habite dans nos cœurs et pourtant nous agissons comme s’Il n’y était pas.

Nous savons que le Saint-Esprit est ici sur terre et qu’Il ne nous a jamais laissé. Nous savons qu’Il vit en nous et qu’Il fait de nous sa demeure, nos corps sont devenus son temple. Malheureusement, la plupart du temps nous vivons comme si le Saint Esprit était quelque part dans le cosmos et non pas au milieu de nous ou en nous. La vérité est que le Seigneur a envoyé son Saint-Esprit pour nous montrer combien Il s’intéresse à chaque aspect de nos vies. Le Saint-Esprit a été envoyé comme notre ami, notre consolateur et notre guide.

À la vue de cela, une question émerge : « Quelle est ma connaissance du Saint-Esprit ? Est-ce que je le connais de cette façon ? ». Jésus a clairement dit que le Saint-Esprit sera pour nous tout ce que Lui a été pour les disciples lorsqu’Il était sur terre. Considérez les points suivants :

- Jésus a révélé le Père à ses disciples
- Il a transmis toutes les paroles que Dieu avait pour les disciples.
- Il a prié pour les disciples et Il les a gardés et protégés
- La gloire que Jésus avait, Il l’a aussi donné à ses disciples (voir Jean 17)

 

Jésus a dit à tous ceux qui le suivaient, « je ne vous laisserai pas orphelins ». En d’autres mots, Il nous dit : « Je vous envoie quelqu’un qui vous défendra et qui vous gardera. Je ne vous laisse pas sans aide, impuissant et vulnérable aux pièges de l’ennemi. Réjouissez-vous car je vous envoie quelqu’un dont la puissance est plus grande que toutes celles qui se trouvent dans l’univers ». Jésus dit que l’Esprit n’est pas uniquement présent à l’intérieur de moi mais Il dit que je Le connais.

Donc, je me suis posé la question : « Comment est-ce que je Le connais ? Quelles sont les marques, les preuves, qui me démontrent que je Le connais, que j’admets Sa présence dans ma vie ou encore que j’expérimente Sa proximité ? »

 

 

Laissez-moi vous parler de 2 œuvres principales du Saint-Esprit. Quand nous connaissons Son œuvre et que nous croyons qu’Il agit en nous, alors nous sommes capables de tenir ferme face à toutes épreuves ou peurs. Son ouvre nous permet même de regarder la mort dans les yeux tout en demeurant plein d’espoir et dans la joie.

1. L’œuvre du Saint-Esprit : La consolation.
Jésus appela le Saint-Esprit le « Consolateur ». C’est une chose de savoir qu ‘Il est notre consolateur mais c’est une autre chose de savoir comment Il nous console. Ainsi on peut distinguer la consolation venant de la chair et celle qui vient du Saint-Esprit.

Par exemple, prenons un frère ou une sœur en Christ qui est prisonnier de la solitude. Cette personne prie pour la consolation du Saint-Esprit et elle s’attend à ce qu’elle vienne par le biais d’un sentiment. Elle imagine que c’est un soudain souffle descendant du ciel comme un sédatif spirituel pour son âme. Dans son esprit, le réconfort vient comme une douce relaxation de l’esprit apportant quelques heures de répit.

Mais le lendemain, le sentiment de paix a disparu. Suite à cela, cette personne commence à croire que le Saint-Esprit refuse de répondre à sa demande. Non, jamais ! Le Saint-Esprit ne nous réconforte jamais en manipulant nos sentiments. Sa manière de consoler est très différente et cela est exposé clairement dans la parole. Quel que soit le problème, le besoin ou l’épreuve, Son œuvre de consolation est accomplie par la révélation de la vérité : « Un autre consolateur ... L'Esprit de vérité (Jean 14 : 17) ».

Le fait est que la consolation ne vient pas de ce que l’on ressent mais de ce que nous connaissons. Seule la vérité prédomine sur nos sentiments. L’œuvre de consolation du Saint-Esprit débute par cette vérité fondamentale : « Dieu n’est pas en colère contre vous. Il vous aime ».

« Or, l'espérance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous a été donné (Romains 5 : 5) ». La traduction grecque est encore plus riche que ce qui est suggéré par cette traduction, elle dit que le Saint-Esprit fait jaillir, bouillonner l’amour de Dieu dans nos cœurs.

 

Prenons l’exemple d’un cœur lourd.

Ce fardeau insupportable peut-être dû à la peur, la honte, le chagrin, les afflictions, la tentation ou le découragement. Mais peu importe la cause, on a besoin de consolation. Alors soudainement, on entend une voix qui fait écho dans chaque recoin de notre âme. C’est la voix du Saint-Esprit qui déclare à l’âme : « Rien ne peut vous séparer de l’amour de Dieu ». Cette vérité, une fois que vous y croyez, devient un fleuve d’eau vive jaillissante qui déborde au-delà de tout obstacle : « Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit (Jean 14 : 26) ».

De cette façon, le Saint-Esprit a une place centrale concernant notre adoption par le Père. L’Esprit est notre enseignant pour marcher chaque jour avec Jésus, et nous sommes ses étudiants. Il nous enseigne que nous sommes adoptés par le Père, nous sommes la famille de Dieu, ses fils et filles. Comment le Saint-Esprit rappelle t-il cette vérité ? Il nous rappelle la plus glorieuse déclaration faite par Jésus : « Je suis le Fils de Dieu. J’ai un Père au ciel et mon Père m’aime ». Les mots de Jésus sont devenus les nôtres, comme nous avons été adoptés dans la famille du Père, et nous sommes devenus de ce fait, frères et sœurs : « Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de Son Fils, lequel crie : Abba! Père ! (Galates 4 : 6) ».

C’est le Saint-Esprit qui crie en nous : « Souviens-toi de ce que Jésus a dit : Tu es le fils, la fille du Dieu Tout-Puissant. Tu as un Père dans le ciel qui t’aime. Donc, rappelle-toi qui tu es. Tu n’es pas seul(e). Garde à l’esprit les paroles de Jésus : Dieu t’aime autant qu’Il m’aime ».

Cette vérité, concernant le fait que l’Esprit d’adoption habite en moi, est devenue une grande source de paix et de réconfort dans ma marche avec Dieu.

 

L’ennemi peut venir comme un fleuve, me plonger dans la peur, la culpabilité ou le stress mais je peux immédiatement faire cette prière : « Saint-Esprit agit en moi maintenant, enseigne-moi, rappelle-moi les promesses de Jésus au sujet de ma position en tant que fils ou fille de Dieu ». Alors l’Esprit crie en moi : « Souviens-toi d’Abba ton Père. Tu es justifié(e) et tu as accès à Lui maintenant. À présent, déclare du plus profond de ton âme : Je suis fils, fille de Dieu. Je marche dans l’Esprit d’adoption ».

« Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en Son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu (Jean 1 : 12). » - « Car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu (Romains 8 : 14) ».

De même, Paul nous dit qu’en tant que fille et fils de Dieu, nous avons le même Esprit que celui qui était en Christ : « Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par Son Esprit qui habite en vous (Romains 8 : 11) ».

Réalisez-vous combien le rôle du Saint-Esprit est important ? Parfois, je peux me sentir mort spirituellement, insensible, sans vie, comme si le feu en moi n’était plus qu’une étincelle, un lumignon qui fume. Mais la réalité est qu’il y a une force vivante qui œuvre continuellement en moi. Si je crois les paroles du Seigneur et que je place ma confiance en Jésus-Christ alors peu importe comment je me sens, comment je me juge ou je me sens condamné, le Saint-Esprit insuffle toujours la vie en moi. Dieu m’aime toujours et son Esprit est toujours à l’œuvre en moi.

Pensez un instant à un précieux bien-aimé que vous connaissez, peut-être qu’il est en souffrance ou sur son lit de mort. Le corps de ce bien-aimé est en train de dépérir. Mais nous savons que tous ceux qui sont en Christ sont dans un processus de résurrection. En effet, le même Esprit qui a rempli Jésus même dans la tombe, peut également relever votre bien-aimé pour la vie éternelle. Au paroxysme de la souffrance, le Saint-Esprit crie en nous : « Tu es sur le point d’aller rejoindre Abba Père ! ».

Une autre source de consolation est de croire que le Saint-Esprit est venu pour faire la guerre aux convoitises et aux attraits de la chair : « Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez (Galates 5 : 17) ».

Une guerre intérieure fait rage en nous. Chaque chrétien peut déclarer : « Je sais que Dieu m’aime. Je le connais comme mon Père et je sais que je suis son enfant. Également, je suis rendu(e) juste aux yeux de Dieu et j’ai un accès libre auprès de Lui. Mais il n’en demeure pas moins qu’une guerre a lieu en moi. Je combats encore contre les pensées venant de la chair et les tentations, cette guerre semble ne jamais finir ».

Bien-aimé cette guerre est celle de tous les chrétiens. Nous avons des pensées qui ne sont pas dignes de Christ, nous regardons des choses que nous ne devrions pas regarder, nous sommes tentés par des choses qui ne devraient pas être une tentation et nous écoutons des choses inappropriées. Ces choses nous font ressentir combien nous sommes indignes et impurs.

Ces batailles peuvent devenir si intenses et si fréquentes que nous pouvons avoir le sentiment d’avoir perdu la guerre. Même l’apôtre Paul a expérimenté cela, c’est avec angoisse qu’il s’est écrié : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?... (Romains 7 : 24) ». En réponse à notre détresse le Saint-Esprit vient avec cette vérité réconfortante : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation Il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter (1 Corinthiens 10 : 13) ».

En d’autres mots, Paul dit, vous êtes dans une guerre que tous les autres chrétiens mènent aussi dans le monde entier. Cette épreuve n’est pas étrange ou faite spécialement pour vous. L’apôtre Pierre nous rassure aussi par ses paroles : « Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver (1 Pierre 4 : 12) ». Dieu dit qu’il y a une puissance en moi qui est plus forte que celle de ma chair : « Vous, petits-enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde (1 Jean 4 : 4) ».

 

La raison pour laquelle votre chair a refait surface, la raison pour laquelle Satan vous enflamme, est due au fait que vous avez invité le Saint-Esprit à agir et à prendre le contrôle de votre vie. C’est simple, vous êtes tenté car Il réalise des choses merveilleuses dans votre vie et son œuvre déclenche la colère de Satan. C’est véridique, la chair est l’ennemie de l’Esprit mais Il est plus que vainqueur sur notre chair. Nous avons simplement à réaliser que cette guerre durera aussi longtemps que nous serons vivants. C’est ce que Paul a voulu nous faire comprendre : « Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation Il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter (1 Corinthiens 10 : 13) ». Voici encore une vérité du Saint-Esprit qui nous console : Nous avons une issue concernant la peur d’être vaincu. Cette vérité soulève 3 choses importantes que nous devons Lui demander de nous rappeler :

- Ma guerre intérieure n’est pas différente de celle que vivent les autres chrétiens, donc je ne dois pas accepter le mensonge qui me fait croire que je suis bizarre et que je suis un enfant de Dieu non sanctifié.
- Je dois être conscient et cela en permanence, que Dieu m’aime tant, qu’Il m’a donné son propre Esprit. Il est si tendre et attaché à moi qu’Il a envoyé son Saint-Esprit pour combattre mes guerres. Le Saint-Esprit n’est pas là comme un espion cherchant les péchés dans ma vie. Il pense seulement à mon bien et à mon avantage.
- Je dois chasser toute forme de condamnation. Il faut que je demande au Saint-Esprit de me rappeler les mots de Paul : « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ (Romains 8 : 1) ». À présent, considérons une autre œuvre du Saint-Esprit.

 

2. Le Saint-Esprit est venu pour nous aider à mener une vie de prière.

« De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables (Romains 8 :26) ».
Considérez bien ce que Paul déclare à propos du rôle du Saint-Esprit dans nos vies. Nous sommes si confus concernant la prière, nous la compliquons. Dans n’importe quelle librairie chrétienne, vous trouverez de nombreux livres sur la prière avec des détails sur comment prier.

Toutes ces théories apportent la confusion, elles suscitent des multitudes de questions comme par exemple : « À quel moment la prière devient-elle une intercession ? L’intercession peut-elle être évaluée par la ferveur, le ton ou encore le temps passé à genou ? Je suis censé(e) prier dans la volonté de Dieu mais comment puis-je connaître sa volonté ? Est-ce que la prière mentale est considérée comme une prière en tant que telle ? Pour quelles choses dois-je prier ? ».

Ces confusions peuvent être si écrasantes que certains prient très peu. En vérité, on n’a jamais eu autant besoin des prières des chrétiens que maintenant. Notre monde est devenu insensé. Même à son époque, Paul a dit de la terre que « jusqu'à ce jour, la création toute entière soupire ».

Les écologistes nous disent que les glaciers sont en train de fondre, que des inondations atteindront la ville de New York et la côte Est. Dans le futur, le réchauffement de la planète détruira toutes les plantes vitales. Il est prédit que la terre deviendra quasiment inhabitable.

Dans le monde entier, de tels rapports suscitent énormément de stress et les chrétiens n’en sont pas exemptés. Paul dit : « Et ce n'est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps (Romains 8 : 23) ».

Face à l’accroissement des problèmes planétaires, toute la société est à la recherche d’une source de réconfort, de sécurité. Elle ne la trouve ni dans la psychothérapie, ni dans la religion, ni dans les causes nobles et pas non plus dans les œuvres charitables. Notre seule ressource pour une époque comme celle-ci est la prière de foi.

La Bible nous dit : « L'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne Le voit point et ne Le connaît point; mais vous, vous Le connaissez (Jean 14 :17) ».

À ce point de ma vie et de mon ministère, un des sujets qui me préoccupe le plus est de maintenir une vie de prière. Quand je la néglige, j’attriste l’Esprit de Dieu en moi. Oui, il est possible que nous l’attristions, Paul a écrit à ce sujet : « N'attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption (Éphésiens 4 : 30) ».

En effet, l’Esprit de Dieu nous fait connaître ce qui attriste le cœur de Dieu concernant l’incrédulité et le manque de prière de son peuple. Considérez les divers rôles du Saint-Esprit dans nos prières :

C’est dans la prière que :


- Le Saint-Esprit manifeste la présence de Christ en nous.
- L’Esprit scelle les promesses de Dieu dans nos cœurs.
- Le Consolateur nous communique la paix.
- L’Esprit libère des fleuves de consolation, de paix et de repos dans nos âmes.

Pour ces derniers temps, ma prière est la suivante : « Saint-Esprit, garde-moi dans une communion intime avec Jésus. Ne me laisse pas négliger mon temps avec Celui que mon âme aime. Garde-moi agenouillé(e), c’est là que je connaîtrai la consolation ».

Je vous recommande avec insistance de faire cette prière à votre tour.

 



 © Reproduction gratuite autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que la source www.bible-foi.com soit indiquée.


 

Ajouter un Commentaire

En publiant un commentaire, vous vous soumettez aux conditions d’utilisations relatives aux Mentions Légales !


0.png0.png1.png8.png5.png2.png7.png1.png3.png
AUJOURD'HUI143
HIER232
CETTE SEMAINE1363
CE MOIS1108
TOTAL cumulé avec bible-foi.org - depuis 20101852713

Visiteurs en ligne

1
En ligne

5 décembre 2020
Web Traffic